mercredi 2 mars 2016

Cette fois c’est la guerre jusqu’en Europe, par Michel GARROTÉ

TRIBUNE LIBRE
Présents dans plusieurs pays nordiques, comme la Finlande, la Suède et la Norvège, « Les Soldats d’Odin » sont un mouvement destiné à combattre l’invasion musulmane. Il est actuellement en constante progression.

EN EUROPE NORDIQUE LA GUERRE CIVILE A COMMENCÉ

Suite à l’implantation du mouvement de légitime-défense « Soldats d’Odin » en Norvège (après la Suède et la Finlande), les islamistes de ce pays nordique ont créé une milice islamiste en charge d’assurer la « progression » (quelle « progression » ?) de l’islam en Norvège. En clair, les islamistes ont formé une milice dénommée « Les Soldats d’Allah en Norvège », en réponse à la présence des « Soldats d’Odin ».



Les islamistes de Norvège ont présenté des uniformes arborant le drapeau de l’État Islamique (c'est donc clairement une présence officielle et offensive de l'EI en Europe nordique). La nouvelle organisation islamiste et affiliée aux « Soldats d’Allah » et à l'EI ; elle est basée à Oslo ; et elle s’est donnée le nom de « Jundullah ». Elle patrouillera dans les rues norvégiennes. Elle a donc bel et bien été créée afin de « contrer » le mouvement de légitime-défense « Les Soldats d’Odin » qui s’est récemment développé dans le nord de l'Europe.



Pour celles et ceux qui n'auraient toujours pas compris : le mouvement de légitime-défense « Soldats d’Odin » répandu en Europe nordique est combattu par le groupe islamique « Jundullah » qui déclare -- ouvertement et sans la moindre gêne -- être affilié à l'Etat Islamique (EI). Je parie que nos médias vont diaboliser le mouvement de légitime-défense « Soldats d’Odin » et fermer les yeux sur la milice islamiste dénommée « Les Soldats d’Allah » et sa filiale norvégienne « Jundullah » affiliée à « Les Soldats d’Allah en Norvège » et à l'Etat Islamique (EI).

L'ARABIE SAOUDITE PASSE À L'OFFENSIVE

L'Arabie saoudite a lancé, dimanche 28 février 2016, des manœuvres militaires sans précédent sur son territoire. Y participent des militaires venus d'une vingtaine de pays, dont le Maroc, le Pakistan ou encore le Sénégal. Baptisée « Tonnerre du Nord », cette opération est paraît-il destinée à « former les troupes à la lutte antiterroriste ».



En réalité, il s'agit des prémices d'une éventuelle intervention terrestre saoudienne en Syrie. En faction depuis la mi-février à la frontière saoudo-irakienne, plus de 250'000 militaires participent à ces manœuvres lancées par les Saoudiens.



Toutes les forces aériennes, terrestres et navales des vingt pays en présence, sont engagées sur le terrain. L’Arabie saoudite, qui multiplie depuis un an ses initiatives militaires dans la région, et notamment au Yémen, a envoyé il y a deux jours quatre avions de chasse F-15 en Turquie pour participer aux frappes contre la Syrie. Ces manœuvres baptisées « Tonnerre du Nord » ne visent pas l'État Islamique (EI) soutenu par l'Arabie saoudite et par la Turquie. Elles visent en réalité l'Iran.

Plus d’informations sur « Le Gaulois » :

L’Arabie saoudite prend la tête d’une coalition islamique


LA TURQUIE AUX CÔTÉS DE L'ÉTAT ISLAMIQUE

Des policiers turcs ont eu des échanges téléphoniques avec Mustafa Demir, un important membre de l'État islamique (EI) : « Où es-tu, grand frère ? Là où je t’ai dit ? », demande l'officier turc à Mustafa Demir. Ces conversations téléphoniques constituent une nouvelle preuve de la collaboration entre l'EI et la police turque à la frontière entre la Syrie et la Turquie.
L'officier de la police turque s’adresse à Mustafa Demir et l’appelle à le rejoindre immédiatement : « Viens ici, de ce côté, les hommes sont ici », indique le policier. « OK grand frère, j’arrive. C’est cet endroit où j’ai donné une voiture au lieutenant Burak ? », lui répond Mustafa Demir. Ces révélations interviennent après que des armes aient été livrées par la Turquie à l'EI en Syrie.