Rechercher sur FPI-Le Gaulois

Chargement...

lundi 2 février 2015

Terrorisme islamique, un petit éclairage – par SURCOUF


A
u-delà de l’horreur et de l’effroi suscités à travers notre pays et même le monde entier face aux actes de barbarie pure commis par ces terroristes islamiques et des réactions à froid, nous devons nous interroger sur la responsabilité réelle de ces attentats dont les auteurs n’auront en définitive été que le bras armé.n

Les responsables
Ceux que nous avons élus ont œuvré exactement dans le sens opposé de celui pour lequel nous les avons missionnés afin de nous représenter.
Mais alors, au fait, qui sont véritablement les responsables de ces folies meurtrières à répétition ? Au risque de vous surprendre, voire même de vous choquer, nos gouvernements successifs et, à travers eux, nous-mêmes sommes responsables de ces ignominies. Oui, vous, moi, nous tous sommes responsables de la situation actuelle dont l’origine remonte à bien loin déjà, et nous nous efforcerons de le démontrer au fil des lignes qui vont suivre. Car nul doute, c’est bel et bien nous qui avons enfanté, nourri à notre sein, élevé ce terrorisme sur le terreau fertile de la déstructuration et la désintégration programmées de nos propres sociétés. Et nous l’avons fait par notre propre inaction, notre suivisme, notre passéisme, ou, pis encore, notre endoctrinement idéologique en mettant au pouvoir depuis des générations, quantité d’irresponsables politiques aveuglés par leur doctrine, leur angélisme et surtout leur volonté d’annihiler toute forme de résistance qui viendrait s’opposer à eux, fût-elle au prix de l’exclusion politique et, plus grave encore, à la privation progressive de notre liberté d’expression dont les victimes des attentats ont payé le prix fort. Bref, nous avons pêché par action ou par omission.
Certes, me direz-vous, lorsque nous élisons un gouvernement ou nos représentants au Parlement, nous ne pouvons pas savoir au début de leurs mandats qui ils sont réellement. Or, c’est un fait établi, nous ne nous sommes pas contentés de les élire une première fois mais nous les avons réélus connaissant déjà leurs méfaits, leur inaction ou leur inaptitude à tenir les rênes du pays. Qui ne s’est pas senti trahi, que dis-je, cocufié lorsque ceux que nous avons élus ont œuvré exactement dans le sens opposé de celui pour lequel nous les avons missionnés afin de nous représenter ? L’exemple le plus récent et frappant à cet égard est sans nul doute celui de l’adoption par voie parlementaire du Traité de Lisbonne alors que le peuple s’y était plus que majoritairement opposé lors du référendum du 28 mai 2005. Cela ne nous a pas empêché, vous comme moi, de réélire ces coupables de forfaiture en se disant qu’après tout ils n’étaient pas si mal, sic, ou en les légitimant d’une autre façon en ne se rendant pas aux urnes... Et il en a été ainsi depuis des décennies, que dis-je, au moins un siècle déjà, avec cette volonté permanente de détruire tout repère à notre société afin d’imposer progressivement un nouveau modèle de pensée unique qui a des allures totalitaires et dont les auteurs ont baigné dans l’idéologie marxiste la plus pure, hommes de droite comme de gauche confondus… Ainsi sont posées les bases de cette destruction de l’origine de notre société qui conduisent doucement le peuple vers son anéantissement. Alexandre Soljenitsyne ne disait-il pas qu’«afin de détruire un peuple, il faut d’abord détruire ses racines.» ? Tout un programme en perspective ! Le terrorisme islamique n’est pas né par un simple claquement de doigts, il a été programmé par les inconséquences de nos gouvernements successifs comme nous allons le voir ci-après.

L’origine du mal

Les socialistes ont inventé de toute pièce ce principe de laïcité afin d’imposer progressivement leur propre doctrine.
 Mais alors, de quand date réellement l’origine cette destruction ? Là aussi, au risque de vous surprendre, et pour tous les adeptes de la laïcité, cette dernière a été le principe fondateur de notre société actuelle mais a également été l’acte de naissance derrière lequel se retranchent tous ceux qui profitent des failles de notre modèle sociétal, islamistes en tête. Eh oui, c’est bel et bien le socialiste (déjà eux !) Aristide Briand qui a été à l’origine de la loi promulguée le 9 décembre 1905 sur la laïcité. Nous ne voyons en elle que ce « modèle » qui nous a été imposé et enseigné par le modèle républicain depuis plus d’un siècle déjà et derrière laquelle nous nous retranchons pour justifier notre volonté d’égalitarisme. Mais en réalité la laïcité n’a été  que le fruit d’anticléricaux qui voulaient « bouffer du curé » qui, à l’époque, étaient à peu près les seules personnes instruites des villages avec les instituteurs. Don Camillo et Peppone en quelque sorte ! Et nous avons vu qui a gagné, du moins pour l’instant, ce combat idéologique. Ce sont les socialistes qui, pour se débarrasser du poids et de l’influence de l’Église, ont inventé de toute pièce ce principe de laïcité afin d’imposer progressivement leur propre doctrine envers laquelle tout le monde doit se plier, sans exception.

samedi 31 janvier 2015

Qu’est-ce qu’être libre aujourd’hui ? – par Gilbert COLLARD

Un beau bras d'honneur sur le plateau de LCI...
Éditorial de Gilbert Collard, Député du Gard, Secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine.
C
’est quoiqu’il en coûte, oser dire ce que l’on pense, même si cela déplaît au terrorisme de la bien-pensance, aux thanatopracteurs de la vérité, aux prêcheurs en ondes, aux tweeters haineux, grossiers et cons, et fiers de se publier, aux boycotteurs bobos !n

Pour être bien au chaud, il faut psalmodier comme tout le monde rabâche, le stylo subversif dans le bénitier de l’encrier des bénis oui-oui :
– Trouver normal qu’à quelques jours des attentats, des barbes distribuent le Coran en place publique, tandis qu’en Arabie Saoudite on fouette à mort, et que le flagellant Hollande a manifesté en compagnie du ministre d’État saoudien pour la liberté d’expression et présente ses condoléances confites. Ce sont les grandes pompes funèbres des droits de l’homme fouetté. Le fouet sur notre échine ! Je suis Charlie fouetté !
– Trouver normal qu’après avoir dépensé 90 milliards d’euros en 25 ans pour les banlieues, le premier ministre ose parler d’apartheid, quand nous crevons dans les difficultés.
– Trouver normal que depuis l’affaire Merah ni Sarkozy ni Valls n’aient doté nos forces de l’ordre de gilets pare –balles, d’armes efficaces, de véhicules adaptés, en oubliant que le gouvernement voulait leur imposer la délivrance d’un récépissé lors des contrôles et les affubler d’une caméra pour éviter le contrôle au faciès !
– Trouver normal qu’on déplore le manque d’imams dans nos prisons, alors qu’on manque de gardiens et de prisons.
– Trouver normal qu’au nom du « pas d’amalgame », on terrorise toute réflexion, toute remise en cause de l’immigration massive, toute remise en cause de Schengen, toute remise en cause de la laïcité, toute analyse sur le refus d’une minute de silence à nos morts, toute critique de la récupération politique théâtralisée d’une manifestation où seul le peuple fut grand, toute question sur le comment on en est arrivé là ! Et voir pousser des chrysanthèmes de sondage dans les cimetières…

Être libre aujourd’hui, c’est prendre le risque d’une plainte, d’une poursuite, de l’ostracisme médiatique, de l’opprobre sentencieux, de l’exclusion, d’être menacé sans protection, de voir décommander un spectacle, de se prendre un coup bas d’un Bedos dans le bide qu’il fait.

Homme libre toujours tu chériras l’insulte, la colère, l’indignité médiatique, et l’autre qui ne pense pas, ne croit pas comme toi, s’il te laisse libre ! Sachons notre devoir, faisons-le jusqu’au bout et montrons que la France et toujours debout. Debout les mots !n
Posté par Marino

vendredi 30 janvier 2015

Coulibaly Coulibalot

Les attentats expliqués aux enfants en chanson, par Frédéric Fromet.
video
Posté par Patrice