jeudi 26 septembre 2013

Maquillage et camouflage : tout un art socialiste, par Marc NOÉ

A
vez-vous remarqué que les socialistes sont des gens qui se projettent dans l’avenir ?... « La transition énergétique à l’horizon 2050 », « la France en 2025 »… Demain, toujours demain. Hé oui, si « gouverner, c’est prévoir »… pour eux c’est avant tout et surtout « prévoir leur propre réélection » !
Marc Noé, directeur de la
Publication de FPI-Le Gaulois
Pour le présent, tout ce qu’ils savent faire –mais avec quel sens de l’expression, il faut leur reconnaitre !-, c’est travestir les chiffres pour faire croire à une embellie. Que voulez-vous : il faut bien que la réalité cadre avec l’idée qu’ils s’en font. Dernier exemple en date : le chômage.
Depuis hier, les médias à la botte ne cessent d’évoquer une « baisse du nombre de demandeurs d’emplois », allant jusqu’à parler d’une réduction de 50 000 pour le mois d’aout.
Chiffre sur lequel l’accent est mis tout en minimisant le fait que, comme par miracle, 277 000 dossiers de demandes ont subrepticement disparu des statistiques officielles. Tout le monde le sait et, bien entendu, les médias également. Mais tous évoquent une « banale anomalie statistique ».
En clair, cela s’appelle « prendre les gens pour des imbéciles ». En ce domaine, les socialistes sont souverains. Et ça aussi, tout le monde le sait.¢


Le prochain maquillage d’ampleur nationale qui se prépare concerne maintenant les comptes de la Sécurité Sociale.

Marisol Touraine, ministre de la Santé, vient en effet d’annoncer que le déficit du régime général de la « Sécu » serait réduit à 13 milliards d'euros environ en 2014. Ceci, juste avant la présentation d'un projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS).

« S'agissant des comptes de l'an prochain, nous visons une réduction du déficit à environ 13 milliards. Si nous n'avions pas pris de mesures de redressement, le déficit total aurait dépassé 21 milliards l'an prochain », a-t-elle indiqué. Diable ! Heureusement qu’ils sont là !

En cela, elle table sur un déficit d’environ 16 milliards pour le régime général et le Fonds de solidarité vieillesse pour 2013 jumelé à « un train de mesures d’économies » sur l’assurance-maladie, le prix des médicaments et des hospitalisations.

Pas un mot néanmoins sur l’AME, bien évidemment ! Les Gaulois continueront donc de payer « plein-pot » les soins de tout ce qui débarque chez eux sans y avoir été invité !

Alors, en 2013, n’importe qui peut annoncer n’importer quoi concernant les chiffres de 2014. Mais il y a fort à parier que, comme pour ceux du chômage en aout, il nous faudra encore avaler une « banale anomalie statistique ».¢