vendredi 7 juin 2013

Un Nord-africain tue un jeune Français : silence médiatique !

 
François Noguier
Deux poids deux mesures dans le traitement médiatique
U
n nouveau drame s'est produit à l'Ensam de Châlons-en-Champagne, lors de la fête de fin d'année. Pris à partie pour une histoire de fille, un étudiant de 22 ans s'est retrouvé dans le coma à la suite d'une altercation. L'agresseur du jeune Français, un nord-africain, a pris la fuite, un troisième homme a été interpellé. La gauche ne s’est pas mobilisée contre ce crime odieux ! La droite non plus, d’ailleurs… Bah, pour eux la victime n’est qu’un jeune Français !... et puis il ne faut pas discriminer…
La soirée étudiante a viré au drame. Un élève ingénieur des Arts et Métiers ParisTech se trouvait toujours dans le coma, hier, au service réanimation du Samu, à Reims, après avoir été victime d'une agression, dans la nuit de vendredi à samedi, alors que la fête de fin d'année, organisée par l'association des élèves, battait son plein dans les locaux du centre châlonnais de l'Ensam, situé rue Saint-Dominique.¢

Étudiant à Paris, François Noguier, Gadzart de 22 ans, avait effectué ses deux premières années d'études à Châlons-en-Champagne, avant de redoubler puis de rejoindre la capitale. Un peu comme un retour aux sources, il avait fait le déplacement dans la Marne pour fêter la fin de son année scolaire avec ses anciens camarades de promotion, lorsqu'aux alentours de 2 h 45 du matin, une altercation s'est produite devant le foyer des élèves entre la victime et son agresseur, un étudiant extérieur à l'Ensam.

Selon les premiers éléments de l'enquête corroborés par plusieurs témoignages, une première confrontation entre les deux hommes avait eu lieu, un peu plus tôt dans la soirée, au sujet d'une fille. L'entrevue avait été houleuse. Des étudiants avaient fini par les séparer. Mais devant le foyer d'étudiants, la situation a dégénéré. Touché par un coup de poing au visage, François Noguier a chuté au sol, se blessant grièvement à la tête.

Rapidement pris en charge par des amis et le service de sécurité, puis par les sapeurs-pompiers sous assistance médicalisée du Samu, le jeune homme a d'abord été admis dans les murs de l'hôpital de la ville-préfecture avant d'être transféré un peu plus tard, dans un état préoccupant, au CHU de Reims. Mais son état de santé n'a cessé de se dégrader, au point d'engager son pronostic vital.

L'auteur, de type nord-africain, a quant à lui pris la fuite après les faits, tandis que les amis de la victime s'affairaient autour d'elle. Depuis, les enquêteurs travaillent d'arrache-pied pour tenter de l'identifier. Un certain nombre de Gadzarts ayant été témoin de certains faits ont d'ores et déjà été auditionnés. Les investigations se poursuivent, mais les policiers peuvent compter sur l'entière collaboration des nombreux étudiants qui participaient à la fête de fin d'année pour faire toute la lumière sur ces circonstances tragiques ayant conduit, une fois de plus, à ternir l'image de ces soirées étudiantes organisées à l'Ensam (lire l'encadré ci-contre). « Il est demandé à chacun et à chacune ayant assisté à l'altercation de se mettre à disposition de la police et de l'aider dans son travail d'investigation », indique en tout cas l'association des élèves dans un communiqué.

Hier, le procureur de la République de Châlons, Christian de Rocquigny du Fayel, ne doutait pas, pour sa part, que l'auteur présumé des faits puisse être identifié rapidement, préconisant par ailleurs que la « sécurité soit mieux assurée à l'avenir lors de ces soirées étudiantes ». Et de pointer du doigt des « conséquences très graves ».

En attendant l'interpellation du fuyard, un troisième individu a été appréhendé, hier, par les policiers. Celui-ci aurait lui aussi asséné un coup à la victime au cours de la soirée.¢
Avec lunion.presse.fr (posté par Marino)