mercredi 12 juin 2013

Méric, petite frappe et tête à claque devenue égérie de la gauche, par Christophe

Méric, un étudiant doux et tranquille ?!...
C
lément Méric, ce provocateur au visage prépubère, avait vraiment une tête à claque. Il en a reçu et il n'en recevra plus… Ils ont cherché la merde et ils l'ont trouvé. De quoi se plaignent-ils les Antifa ?
Ces potes du mouvement « Antifa qui défilent en rouge et noir le poing levé, le crâne rasé et qui ont vraiment l'air de nazis ! » La violence et l'intolérance c'est eux ! La christianophobie c'est eux !
Ce nabot est mort et son drame sera exploité par cette bourgeoisie d’extrême-gauche, fidèle des plateaux télé, qui ne s’est jamais émue de la mort d’autres jeunes ou de celle des petits vieux assassinés par ceux que l'on nous force à accueillir.¢


Pour l’extrême gauche, tous ceux qui ne partagent pas leurs idées sont des fascistes. Pour les bobos qui les cautionnent la solution plus radicale de l’attaché parlementaire du sénateur Jean-Pierre Michel (PS) qui estimait, en se référant à Bonaparte canonnant la foule, que Valls devrait faire de même concernant le Printemps Français, pourrait également être envisagée.

Clément Méric n'était pas la blanche colombe. Thomas Debesse le démontre dans un article intitulé : Quand Clément Méric se réfugiait derrière la sécurité de la Manif Pour Tous.

Ils se servent de l'argument bidon de la mort de Méric pour faire ce dont ils rêvent !

Le gouvernement va saisir la balle au bond pour tenter de dissoudre le groupe des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires de Serge Ayoub. On peut craindre que ce ne soit que le début d'une longue série de groupes et de sites patriotiques visés. Il est clair que les patriotes gênent.

Nous devons exprimer notre solidarité avec Serge Ayoub et son organisation, quelles que soient nos divergences, quels que soient nos désaccords politiques. Car si nous ne disons rien pour lui personne ne dira rien lorsque ce sera notre tour.

Le traitement de l'affaire par les médias est honteux, mais pouvions nous attendre autre chose ? Le traitement de l'affaire par les politiques de la gauche est honteux mais pouvions nous attendre autre chose ? Le traitement de l'affaire par la justice est étrange et là nous pouvions attendre autre chose…

Des témoins ont vu Méric et ses potes fascistes d'extrême gauche provoquer les membres de JNR (si leur appartenance est confirmée) alors qu'ils se sont rencontrés par hasard dans une vente privée. (Ma première réflexion c'est que l'on peut être révolutionnaire de gauche et être un Che Guevara en herbe et aimer les accessoires de marque) Ils les ont attendus dehors pour déclencher une rixe. Tous ces éléments ont été confirmés par le Procureur de Paris lors de sa conférence de presse de samedi.

Aurait-il fallu que les JNR se laissent tabasser sans rien dire ? Ils se sont défendus. Le petit Méric, léger comme une plume, n'a pas supporté. Faut pas chercher la bagarre aux plus grands que soi. Les infractions sont relevées à l'encontre des JNR seulement. Étrange non ? Les Antifa provoquent une bagarre qui entraîne la mort de leur pote et aucun d'eux n'est visé par le procureur !

Le jeune Esteban (ma seconde réflexion c'est qu'un fils d'immigré qui défend les valeurs de la nation et se déclare nationaliste peut avoir un prénom hispanique mais pas arabe. Preuve que l'intégration n'est pas possible avec le deuxième cas qui lui, a plutôt la haine du pays qui le nourrit) qui aurait peut-être porté le coup fatal (je respecte la présomption d'innocence contrairement aux médias qui l'ont déjà condamné) est poursuivi pour homicide volontaire.

Plus tard le juge d'instruction a fait savoir que l'intention de tuer était écarté et a requalifié l'infraction de "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Primo c'est beaucoup moins grave comme accusation qu'un homicide et les peines encourues ne sont plus du tout les même (perpétuité pour l'homicide et 15 à 20 ans pour l'autre) !

Secundo le décalage d'interprétation entre le Procureur et le juge chargé d'instruire l'affaire est étrange. Cela donne l'impression que le procureur a voulu frapper fort pour satisfaire sa hiérarchie et que le juge n'a pas voulu cautionner un scénario à la Burgaud et a préféré requalifier vers quelque chose de crédible…

Résumons : Esteban vient avec ses amis faire du shopping (cela ne fait pas très viril pour des skinheads), dans les locaux de la vente il tombe par hasard sur des extrémistes de gauche qui l'insultent et l'attendent à la sortie pour lui « casser la gueule ». Il se défend. Un adversaire meurt sur un coup malheureux et voilà qu'Esteban est poursuivi pour homicide volontaire et a sa vie brisée. Je ne vous dis pas ce qui se serai passé si la victime répondait au prénom de Malick ou je « n'oussékine » à la place de Clément… Des centaines de voitures brûlées…

Demain vous êtes dans le RER, un jeune veut vous voler votre portefeuille, vous le repoussez il tombe, se cogne et meurt et vous voilà dans la panade. Lors de la fouille de la garde à vue on découvre dans le fameux portefeuille votre carte d'adhérent du FN et là c'est parti. Vous êtes un facho qui détestait les jeunes. D'ailleurs on trouvera bien parmi vos voisins un militant du Front de gauche pour dire que vous avez déjà crié après son fils alors qu'il avait simplement rayé votre voiture sur le parking ou simplement uriné dans l’ascenseur de votre immeuble…

Mais revenons à notre affaire. A-t-on assisté à une souricière délibérée, où l’agressé n’avait aucune chance ? Ce n’est pas du tout ce qu’affirment les premiers témoins, qui parlent plutôt de l’attitude violente et menaçante des cinq gauchistes qui se disent antifa. Il y a également, selon plusieurs témoignages des faits établis. Les jeunes, qualifiés de skinhead, ont demandé la protection du service de sécurité. C’est seulement quand ils sont sortis qu’ils sont retombés sur les gauchistes, qui voulaient en découdre.

Que devaient-ils faire ? Refuser de se défendre ? Alors, certes, Clément Méric est mort mais il n’a pas été assassiné. Il est mort des suites d’une bagarre qu’il a provoquée.

Mes  pensées vont plutôt vers l’auteur du coup de poing, et ses amis. Lynchés, livrés à la vindicte populaire, ils sont déjà coupables. Ce ne sont pas des salauds, juste des malchanceux.¢