mercredi 12 juin 2013

Manif Pour Tous: répression policière et acharnement judiciaire

L
es opposants au mariage gay se disent victimes d'un "scandale judiciaire" et de gardes à vue abusives. Ils lancent un site Internet pour regrouper les plaintes contre les pouvoirs publics.
En plus de leurs symboles habituels, comme les sweats roses et bleus, certains membres de l'association La Manif pour tous arborent désormais un badge "prisonnier politique". Lors d'une conférence de presse, les organisateurs ont dénoncé ce lundi la répression "injuste" dont sont victimes les opposants au mariage homosexuel.(voir aussi l’article du Gaulois)¢


Épinglé au revers des vestes, le pin's est porté par les manifestants qui ont déjà été gardés à vue, comme Bertrand, 21 ans. "Je suis resté 17 heures en cellule et on m'a relâché sans poursuites", explique-t-il fièrement. C'était le 17 avril. Avec quelques dizaines d'irréductibles, il avait tenté un sitting sous les fenêtres de l'Assemblée nationale, un soir de débat sur le mariage gay. "Nous sommes restés moins d'une heure avant que la police nous dégage", s'insurge le jeune militant.

ASSIGNER L'ÉTAT POUR FAUTE LOURDE

Le récit de Bertrand illustre la situation dénoncée par les anti-mariage gay. "C'est un scandale judiciaire, il est anormal qu'on tente de faire taire la Manif pour tous, tonne l'avocat et militant Henri de Beauregard. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, joue les démobilisateurs en annonçant la dangerosité des manifestations puis justifie cela en procédant à des arrestations sans fondements. Ensuite, on maintient des gens en garde à vue, alors que les fonctionnaires de police savent très bien que cela ne tiendra pas devant un tribunal... " Le conseil en veut pour preuve: sur les 300 interpellations menées lors du dernier rassemblement, seules treize auraient donné lieu à des poursuites judiciaires.

En réponse, les opposants au mariage gay préparent le lancement de libertepourtous.fr. À terme, le site proposera une assistance juridique aux manifestants mis en cause par la police. La plateforme dispensera également des conseils sur la conduite à adopter en cas de garde à vue et incitera les militants à déposer plainte au pénal.

Autre objectif: regrouper les plaintes en vue d'une procédure d'assignation de l'État pour faute lourde au civil. Une façon de montrer, comme l'explique la porte-parole Ludovine La Rochère, que "oui, on reste mobilisés, parce que la famille est attaquée de toutes parts". La Manif pour tous élargit par ailleurs son combat et appelle à manifester contre la loi de Vincent Peillon sur l'enseignement primaire.¢
Avec l’Express