mercredi 20 mars 2013

Malversations en cascade : le PS des Bouches-du-Rhône sous tutelle

L
e Parti socialiste français a décidé mardi de mettre sous tutelle la fédération des Bouches-du-Rhône, fragilisée par plusieurs affaires de corruption et paralysée par des querelles locales, en vue des élections municipales de 2014.
Le Bureau national du PS a approuvé une proposition du Premier secrétaire Harlem Désir qui, en ce domaine, sait de quoi il parle puisqu’il a lui-même déjà été condamné pour non-paiement d’amendes et emploi fictif en 1992 et 1998 (voir Le Gaulois du 01/03/2013). Les rênes de la fédération sont confiées, jusqu'au 31 mars 2014, au secrétaire national aux fédérations Alain Fontanel et au secrétaire national aux élections Christophe Borgel qui prennent la tête d'une direction collégiale.
Une Haute autorité pour les primaires sera composée de « personnalités reconnues pour leur indépendance », affirme le PS, afin d'organiser des "primaires irréprochables, en toute transparence et en toute équité." Croira qui voudra.¢

DES MALVERSATIONS EN CASCADE…

La Fédération socialiste des Bouches-du-Rhône est secouée depuis 2011 par une série d'affaires de corruption.

E Pour mémoire, rappelons que le président PS du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini (voir Le Gaulois du 05/03/2013), mis en cause pour licenciement présumé abusif d'un ancien membre de son cabinet, a été mis en examen début mars pour détournement de fonds publics.
La justice soupçonne le sénateur d'avoir "arrangé" le licenciement de Jean-David Ciot, élu depuis lors député PS d'Aix-en-Provence et actuel responsable de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône.
L'objectif aurait été de permettre à ce dernier de percevoir des indemnités de départ pour mieux préparer les élections législatives de 2012, lors desquelles il a affronté l'actuelle maire UMP d'Aix-en-Provence, Maryse Joissains.
Jean-Noël Guérini est également mis en examen pour association de malfaiteurs dans une affaire de malversations présumées sur les marchés publics de la région marseillaise.
Malgré ses ennuis judiciaires, l'élu socialiste a réaffirmé sa volonté de demeurer à son poste et a annoncé qu'il briguerait sa propre succession.
Jean-Noël Guérini est également mis en examen pour association de malfaiteurs dans une affaire de malversations présumées sur les marchés publics de la région marseillaise.
Malgré ses ennuis judiciaires, l'élu socialiste a réaffirmé sa volonté de demeurer à son poste et a annoncé qu'il briguerait sa propre succession.

E David Ciot est pour sa part mis en examen pour recel de détournement de fonds publics.

E La dernière affaire en date concerne la députée socialiste Sylvie Andrieux (voir Le Gaulois du 19/03/2013), jugée à Marseille pour des faits présumés de détournement de fonds publics. Deux ans de prison avec sursis, 50.000 euros d'amende et cinq ans d'éligibilité ont été requis lundi à son encontre.
L'élue est soupçonnée d'avoir fait verser environ 740.000 euros à des associations de sa circonscription pour obtenir les voix d'électeurs entre 2005 et 2007, lorsqu'elle était vice-présidente du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca).

En mars 2011, le député PS et actuel ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg avait recommandé dans un rapport la mise sous tutelle de la fédération par la direction du parti et la "destitution" de son président, Jean-Noël Guérini.
Avec Reuters