dimanche 6 janvier 2013

Najat Belkacem, du Maroc au PS

Najat Belkacem, actuelle ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, était jusqu’au début de la campagne présidentielle, membre appointé du Conseil de la communauté marocaine de l’étranger, directement nommée par le Roi du Maroc, Mohamed VI.
Une appartenance aux institutions d’un régime qui ne colle pas vraiment avec les leçons de morale socialistes sur la démocratie, le droit des femmes, la laïcité et la tolérance qu'elle prétend donner. Mais carrière oblige. Et la France dans tout cela ?... Bof ! C’est le cadet des soucis de Belkacem.


Najat Vallaud-Belkacem, née Najat Belkacem le 4 octobre 1977 à Beni Chiker au Maroc.
Elle est conseillère générale socialiste, nommée le 16 mai 2012 ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault, dont elle est la benjamine.
En 2007, elle est porte-parole de Ségolène Royal pour l'élection présidentielle, puis de nouveau en mars 2009 en vue de la primaire présidentielle socialiste de 2011.
Le 16 novembre 2011, François Hollande, candidat du PS pour l'élection présidentielle de 2012, la nomme porte-parole de sa campagne présidentielle.
Depuis 2008, elle est conseillère municipale de Lyon.
Elle a ainsi défendu les intérêts du Maroc de décembre 2007 à décembre 2011, au sein du Conseil de la communauté marocaine de l’étranger. Le journaliste marocain Thami Afailal définit d’ailleurs ce Conseil comme un « organisme qui est le Soviet suprême du Makhzen chargé de garder à l’œil les résidents marocains à l’étranger afin qu’ils gardent éternelle fidélité au régime et n’arrêtent pas d’envoyer chaque année les « flouss » qui maintiennent à flot le régime ».

Qu’à cela ne tienne… Pour donner le change, Najat Belkacem explique que ce Conseil « s’exprime d’abord sur les sujets dont il est saisi par Sa Majesté en faisant valoir un point de vue de Marocains de l’étranger ». On notera au passage l’expression « Sa Majesté », pour parler de SON souverain.

Au sein même de la gauche, les militants sont gênés par cette proximité de la « gôche » française avec le régime du monarque marocain. La vidéo qui suit montre ainsi la colère d’une jeune marocaine qui s’exprime lors d’un meeting des Verts pour dénoncer le régime de Mohamed VI, ses méthodes et l’accueil chaleureux de ses représentants par les partis de gauche français.

Écoutez cette jeune femme victime du régime avec lequel Najat Belkacem a fièrement collaboré. Une belle charge également contre l’islam.

En tribune, les responsables Verts sont gênés par l'attitude de la salle...