vendredi 6 mai 2016

L'anneau de Jeanne d'Arc reste en France

ACTUALITÉ
Coup de chapeau à la Reine d’Angleterre pour son « fair-play » et bravo à Villiers pour sa ténacité. Fin de la « bataille » qui oppose depuis deux mois l'Angleterre et le Puy du Fou. Le Conseil des Arts britannique a indiqué ce jeudi qu'il renonçait à récupérer la relique de la Pucelle d'Orléans acquise par le parc vendéen le 26 février.
Porté par « la Pucelle d'Orléans » quand elle commandait les troupes françaises contre l'envahisseur britannique, récupéré à sa mort par les Anglais, racheté par des Français, réclamé par les Anglais, retenu par les Français, le modeste anneau de laiton de Jeanne d'Arc a connu une histoire mouvementée qui semble toucher à sa fin aujourd'hui.

À quelques jours à peine des fêtes qui se tiendront le 8 mai en l'honneur de la Sainte, les Anglais renoncent définitivement à la relique.



Inscrit à la dernière minute à des enchères qui se tenaient à Londres le 26 février, le propriétaire du Puy du Fou, Nicolas de Villiers, avait acquis le bijou à Londres pour la somme de 376.833 euros et l'avait rapporté en France, mais en ne demandant qu'après coup la licence d'exportation exigée par la loi. Au nom de cet oubli, le Conseil des Arts britannique l'avait sommé de rendre la relique dans les délais les plus brefs. La réponse de Nicolas de Villiers était ferme: « Cet anneau est tout ce qu'il nous reste de Jeanne d'Arc. Il est absolument hors de question de le céder. Nous ne livrerons pas une deuxième fois la Pucelle d'Orléans aux Anglais ».



EXPOSÉ DANS UN MONUMENT UNIQUE

L'un refusait d'accorder la licence d'exportation. L'autre refusait de rendre l'anneau. Après un long bras de fer de deux mois, le Conseil des Arts vient de céder en remettant au Puy du Fou la pièce manquante pour que le transfert du bijou soit définitivement légal. « La bataille fut rude mais loyale.», concluent avec soulagement les représentants du parc vendéen dans un communiqué.



Le 14 avril, Nicolas de Villiers avait envoyé à la Reine d'Angleterre une lettre que s'est procurée le Figaro. Au nom de « l'Histoire commune » de le France et de l'Angleterre, il y suppliait Élisabeth II « que la relique de notre grande héroïne puisse demeurer dans notre pays et que les difficultés juridiques soient vite aplanies par son arbitrage ». Il rappelle notamment que son « ancêtre, la Reine Victoria, avait manifesté le désir de restituer l'anneau à la France.» Coup de chapeau à la Reine d’Angleterre pour son « fair-play » et bravo à de Villiers pour sa ténacité.



« Revenu en France, après six siècles d'exil, l'anneau de Jeanne d'Arc va finalement rester au Puy du Fou, Il fera l'objet d'une présentation provisoire cet été, puis il sera exposé dans un monument spécialement construit à l'extérieur du Grand Parc du Puy du Fou pour permettre à chacun d'admirer gratuitement ce trésor de l'Histoire de France », a annoncé Nicolas de Villiers.

Articles sur le même sujet :