samedi 21 mai 2016

La Cathédrale de Chartres

PATRIMOINE DE FRANCE
Par son esprit, la Cathédrale de Chartres constitue une encyclopédie presque exhaustive de l'art chrétien de l'époque. La cathédrale Notre-Dame de Chartres a été inscrite en 1979 par l'Unesco sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité.


AVANT LE VE SIÈCLE

La première cathédrale date de la fin du IVe siècle, mais on ne peut passer sous silence les légendes qui voulaient faire remonter l'installation d'une cathédrale dès les premiers siècles.

LES LÉGENDES

À partir du Xe siècle, on raconte que Saint Savinien et Saint Potentien, au cours du IIe siècle, vinrent évangéliser le pays chartrain. Quirinus, magistrat romain, aurait fait massacrer les premiers chrétiens dont sa fille Modeste. Leurs corps auraient été ensuite jetés dans le puits de la crypte, dit des Saints-Forts.

Le contenu de cette légende évolue, et dans la vieille chronique (1389) on peut lire :



« La dite Église, on l’affirme, a été fondée avant la naissance du Christ, en l’honneur de la Vierge qui devait enfanter (Virgini Pariturae) et elle était gouvernée par les prêtres des idoles. Lorsque saint Altin et saint Eodald, envoyés de Sens par saint Savinien et saint Potentien, vers l’an 67, vinrent évangéliser Chartres, ils reconnurent que cette femme honorée là était Marie. Et, ils dressèrent en cet endroit une église chrétienne en l’honneur de la Vierge-Mère. »



Au XVIe siècle, on parle pour la première fois d'une grotte druidique.

DU VE SIÈCLE À L'AN MIL

Le Sanctuaire
Plusieurs églises se sont succédées au cours de ces périodes très troublées. Ainsi après un raid des Vikings en 858, l'évêque Gislebert fit reconstruire son église, dont il subsiste la crypte Saint-Lubin, située sous le maître-autel, au plus profond niveau exploré.

Dédiée au culte marial, la cathédrale abritait un voile attribué à la Vierge Marie, connu également sous le nom de « Sainte Chemise », portée lors de la naissance du Christ.  La légende rapporte aussi que l'évêque Gantelme déploya cette relique devant les armées de Rollon (911). À sa vue, les forces normandes s'enfuirent et le siège fut levé.

LA CATHÉDRALE ROMANE

Ruinée accidentellement par le feu en 1020, la cathédrale du IXe siècle fut immédiatement rebâtie par l'évêque Fulbert, mais sur un plan qui enveloppait l'édifice précédent. Sa crypte — la plus vaste de France — était presque achevée en 1024. Fulbert meurt en 1028. La dédicace de la cathédrale fut célébrée par son successeur, Thierry, le 17 octobre 1037.

En 1134, un incendie en ville, permit d'entreprendre, sur l'espace dégagé devant la cathédrale romane, la construction de deux tours et du portail Royal. Seule, la tour sud sera couverte d'une flèche en 1180. Un nouvel incendie accidentel, survenu le 10 juin 1194, n'épargna que la façade, les tours et la crypte.

CONSTRUCTION DE LA CATHÉDRALE GOTHIQUE

Le Maître-Autel
Dès le début du sinistre, des clercs, se réfugièrent, avec la « Sainte Chemise », sous le chœur dans la crypte Saint-Lubin. Après deux ou trois jours d'efforts pour déblayer, on éprouva la joie de retrouver indemnes les sauveteurs et leur précieux dépôt.

L'évêque et les chanoines décident d'abandonner une partie de leurs biens « afin de louer des ouvriers sachant bien travailler » et la reconstruction est entreprise dans l'enthousiasme.  Le gros œuvre est presque terminé à la fin de 1220, soit un peu plus de vingt-six ans après la disparition de l'ancienne église.

Les vitraux se mettent en place et il ne restera plus à exécuter que les dernières sculptures des porches. Puis sera élevé le jubé et on gardera sans doute longtemps l'espoir d'achever les neuf tours projetées. La dédicace fut célébrée en octobre 1260.

DES PROPORTIONS IMPRESSIONNANTES



La cathédrale mesure 130,20 mètres de longueur dans œuvre et ses voûtes sont à plus de 37 mètres au-dessus du sol. La largeur de la nef principale est de 16,40 mètres d'axe en axe; la largeur dans œuvre est de 32,80 mètres avec les bas-côtés; la largeur dans œuvre, avec les bas-côtés doubles du chœur, est de 46 mètres. Avec les porches, la longueur du transept atteint 76,80 mètres. Enfin, les hauteurs respectives du clocher Vieux et du clocher Neuf (croix non comprise) sont de 103 mètres [et 112 mètres environ, après achèvement de la flèche de gauche en 1513].



LA CATHÉDRALE DU XIVE SIÈCLE À NOS JOURS

Le Chœur
Le XIVe siècle ajoutera la chapelle Saint-Piat ; le XVe siècle, la chapelle Vendôme. La contribution du XVIe siècle sera beaucoup plus importante; il créera la flèche flamboyante qui allait transformer la silhouette générale du monument; puis le pavillon de l'Horloge et la clôture du chœur.

Au XVIIIe siècle, les chanoines font disparaître le jubé du XIIIe siècle en 1763, mettent en place le maître-autel avec l'Assomption de Bridan en1773, puis en 1788-1789, les bas-reliefs du chœur. Le feu refit son apparition en 1836, dans le grand comble qu'on appelait la « forêt » ; il le détruisit entièrement. Une charpente métallique couverte de cuivre l'a remplacé. La cathédrale avait été épargnée par les guerres de religion ; elle sortit presque indemne de la période révolutionnaire. En 1918, les vitraux ont été démontés et mis à l'abri. Ils le furent une nouvelle fois en 1939 et ne subirent aucun dommage pendant ces deux guerres.

Sinon, la cathédrale constitue un chantier permanent de restauration et notre XXIe siècle a la chance d'admirer à Chartres, dans son intégrité ou peu s'en faut, ce qui, par son esprit, constitue une encyclopédie presque exhaustive de l'art chrétien de l'époque. La cathédrale Notre-Dame de Chartres a été inscrite en 1979 par l'Unesco sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité.