mercredi 13 avril 2016

Les Rothschild firent fortune en spéculant sur Waterloo

HISTOIRE
Qui ne connait pas « un minimum d’Histoire » a peu de chances de comprendre les événements d’aujourd’hui. Qu’il s’agisse des hommes et de leur carrière ou des faits économiques. Dans notre monde d’aujourd’hui, même si elle n’est pas la seule, l’influence financière et politique des Rothschild est déterminante. Et il n’est pas inutile de connaitre l’origine de leur fortune colossale. Des hommes comme Georges Pompidou et, plus récemment, Emmanuel Macron ont travaillé dans leur sérail.
FAMILLE ROTHSCHILD : UN RÉSEAU D’INFLUENCE ET DE RENSEIGNEMENT ÉTENDU À TOUTE L’EUROPE

Nathan Rothschild
1815 - Dans le même temps que la richesse et le pouvoir de la famille Rothschild s’agrandissaient, son réseau d’influence prenait de l’ampleur. La famille entra peu à peu en la possession d’agents stratégiquement déployés à travers les capitales et centres financiers d’Europe, ce dans le but de développer un réseau d’information privé. Cet exploit que la famille Rothschild avait accompli en créant son propre réseau d’agents secrets était basé sur un parfait équilibre entre dur labeur et stratégies réfléchies.



Ce réseau d’espionnage hors du commun naquit après que les agents commencèrent à communiquer entre eux au moyen de messages et de courriers confidentiels. Il ne fallut pas attendre bien longtemps avant qu’un véritable réseau ne voit le jour, réseau dont l’efficacité à couper le souffle étendit l’emprise des Rothschild à l’échelle internationale.



Un réseau efficace
« Les voitures de Rothschild arpentaient les routes, les bateaux de Rothschild voguaient le long des canaux, l’ombre des agents de Rothschild se déplaçaient sans un bruit dans les rues des capitales. Tous transportaient de la monnaie, des messages ou encore des courriers confidentiels, et par-dessus tout – des informations exclusives concernant les plus récents mouvements sur le marché des matières premières et la bourse. Et il n’y avait de plus précieuse information que celle concernant Waterloo… » (The Rothschilds, page 94).



De la bataille de Waterloo dépendait le futur du continent Européen. Si la Grande Armée napoléonienne sortait victorieuse de cette bataille, la France se verrait devenir maître inconditionnel en Europe. Si Napoléon se voyait vaincu, alors l’Angleterre se verrait devenir le pays le plus puissant d’Europe et se trouverait ainsi en position d’étendre largement sa sphère d’influence.



The Rothschild
L’historien John Reeves, admirateur incontesté de la famille Rothschild, révèle à la page 167 de son livre intitulé « The Rothschilds, Financial Rulers of the Nations », que l’une des causes du succès de Nathan Rothschild (1777-1836) était le caractère secret de toutes ses opérations, ainsi que les manipulations tortueuses grâce auxquelles il induisait en erreur ceux qui l’observaient le plus.

D’énormes fortunes étaient à faire – ou à perdre – à l’approche de la bataille de Waterloo. La bourse de Londres était alors emplie de traders impatients de recevoir des nouvelles de cette « Bataille de Géants ». Si l’Angleterre venait à être vaincue, la livre anglaise sombrerait sous des dettes colossales. À contrario, si elle venait à écraser Napoléon, la valeur de sa monnaie atteindrait des records.



Alors que les deux armées se préparent à la bataille, Nathan Rothschild déploie ses agents aux positions les plus stratégiques, dans un camp comme dans l’autre, afin de récupérer des informations des plus précises possible quant à l’avancée du combat. D’autres agents de Rothschild sont également présents sur le terrain afin de s’occuper du transport des bulletins d’informations jusqu’au « poste de commande Rothschild » le plus proche.



Cuirassiers à Waterloo
À la fin de l’après-midi du 18 juin 1815, un représentant de Rothschild se précipite à bord d’un bateau déployé pour l’occasion et navigue en trombe vers un canal qui le mène à un poste de contrôle de fortune sur la côte anglaise. Il a en sa possession un rapport classé top secret en provenance des services privés de Rothschild. Ce document concerne le déroulement de la bataille. C’est ce document qui se trouvera être indispensable à Nathan Rothschild quant à la décision cruciale qu’il aura à prendre en cette journée de la mi-juin.

Au petit matin du lendemain, l’agent secret est interrogé à Folkstone par Nathan Rothschild en personne. Après un bref récapitulatif du rapport, Rothschild se met à nouveau en chemin, cette fois-ci en direction de la ville de Londres et de sa place boursière.

UNE TROMPERIE QUE LES BOURSICOTEURS APPELLENT UN « COUP DE MAÎTRE »

À son arrivée à Londres, se retrouvant noyé parmi les traders spéculant frénétiquement sur les conséquences économiques de la bataille, Nathan rejoint sa position habituelle à côté de ce qui sera plus tard appelé le fameux « pilier Rothschild ». Le visage fermé, sans le moindre sourcillement, le chef de la maison Rothschild donne le signal à ses agents situés aux alentours…

Presque instantanément, ses agents commencent à abandonner des livres sur le marché. L’arrivée sur le marché de quantités très importantes de livres en déprécia la valeur. Il ne fut pas nécessaire d’attendre bien longtemps pour voir la devise anglaise s’effondrer totalement.



Nathan Rothschild ne s’éloigna pas de son « pilier » de toute la durée de l’opération, le visage toujours figé, sans entamer aucun mouvement qui puisse le trahir. Il continua à vendre, et à vendre encore. La livre continua sa dégringolade, et dans la salle, le bruit commença à tourner : « Rothschild sait… Rothschild sait… Wellington a perdu la bataille !... » (Ndlr. Le Bulletin de victoire de Wellington n’était pas encore parvenu à Londres et Nathan Rothschild faisait donc croire à une défaite britannique à Waterloo tout en sachant que la bataille était gagnée).



La vente se fit alors dans un mouvement de panique, alors que tous se précipitaient pour se débarrasser de leurs livres sans valeur en échange d’or ou d’argent dans l’espoir de conserver ne serait-ce qu’une partie de leur richesse. La livre continua sa chute effrénée, et après quelques heures de ventes incessantes, se trouva ruinée. Elle ne se vendait plus que contre cinq centimes de dollar.

Nathan Rothschild, moins expressif que jamais, est alors toujours adossé contre son pilier. Il continue de donner des ordres à ses agents, mais ses signaux ont changé. Ils ont changé de manière si subtile que seuls ses agents surentraînés se trouvent en mesure de s’en apercevoir. Immédiatement, une douzaine de ses agents se précipite vers le guichet et achetèrent toutes les livres disponibles pour une bouchée de pain !

UNE TROMPERIE QUI RAPPORTE

20 fois la mise
Ce ne fut que peu de temps après que la « nouvelle de la victoire » se fit savoir dans la capitale Anglaise. L’Angleterre était devenue maître incontesté en Europe.

En l’espace de quelques secondes, la livre vit sa valeur flamber jusqu’à atteindre des sommets, dans le même temps que les esprits commençaient à réaliser l’impact qu’aurait cette victoire sur l’économie.

Napoléon avait rencontré son Waterloo. Nathan avait acheté son contrôle sur l’économie Anglaise. En l’espace de quelques heures, sa fortune avait été multipliée par plus de vingt (Ndlr. Un gain de plus de 30 millions de livres).