samedi 9 avril 2016

Abbaye de Fontevraud en Maine-et-Loire

PATRIMOINE DE FRANCE
FONTEVRAUD-L'ABBAYE - 16 km de Saumur. Fondée au début XIIe siècle, puis transformée en partie sous l'Ancien Régime, l'Abbaye de Fontevraud est la plus vaste cité monastique d’Europe conservée en l’état. Nécropole de la dynastie des Plantagenêt, elle abrite notamment les gisants d'Aliénor d'Aquitaine et de Richard Cœur de Lion.



FONDATION

L’Abbaye de Fontevraud est fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel, un prédicateur itinérant d’origine bretonne, qui y fixe sa communauté. Trente-six abbesses, souvent de sang royal, se succèdent entre 1115 et 1792 à la tête d’un ordre double composé de moines et de moniales. En 1804, Napoléon décide de transformer l’Abbaye Royale en prison : à sept siècles de vie monastique succède un siècle et demi de vie carcérale, jusqu’en 1963. (Source)

FONTEVRAUD-L'ABBAYE (49)

Armes
de Fontevraud
C’est autour de l’abbaye qu’une petite agglomération se développe. Aujourd’hui, en dépit des mutilations révolutionnaires et de l’épisode carcéral, l’Abbaye de Fontevraud est l’ensemble monastique le plus important qui subsiste dans tout l’Occident. Attiré par la nécropole royale de la dynastie Plantagenêt ou par le Centre Culturel de l’Ouest, le visiteur trouvera aussi dans le village services, petit patrimoine, animations et bonnes tables.

HISTOIRE ET PATRIMOINE

Aux confins de l’Anjou, du Poitou et de la Touraine, en pleine forêt, un petit vallon désert connu sous le nom de Fontaine d’Evraud est cédé au début du XIIème siècle au prédicateur Robert d’Arbrissel et à ses disciples par les seigneurs de Montsoreau et de Montreuil-Bellay.



Dès la fondation du monastère, Fontevraud se singularise par le rassemblement de plusieurs communautés. La cité monastique regroupe des couvents distinctifs pour les hommes, les femmes, les lépreux, les pécheresses repenties… quatre prieurés et une infirmerie. Fait sans précédent, la direction générale de cette abbaye est confiée à une femme.



Grâce aux donations et offrandes de la part des grands, l’abbaye jouit vite d’une aisance financière et d’une puissance telle que pas moins de 120 prieurés en dépendront.

Foulque V
Comte d’Anjou
Le premier Foulque V, Comte d’Anjou, se fait protecteur de l’abbaye et sa fille Mathilde d’Anjou devient abbesse en 1150 à la suite de Pétronille de Chemillé, première abbesse de l’ordre. Dès le XIIème siècle l’habitude est prise d’élire abbesse la plus noble des moniales ; ainsi, sur les trente-six abbesses qui se succéderont à Fontevraud une quinzaine seront de sang royal.

L’église abbatiale est construite en deux temps. Le chœur et le transept, dans la première moitié du XIIème siècle, très élancés et dans un style plutôt dépouillé appartiennent à l’architecture ligérienne tandis que la nef à file de coupoles d’inspiration angoumoise s’élève dans la seconde moitié du XIIème siècle. Cet édifice majestueux, de plus de 90 mètres de long est aussi la nécropole des rois Plantagenêt. Ainsi les gisants d’Henri II Plantagenêt et de son épouse Aliénor d’Aquitaine, de leur fils Richard Cœur de Lion et de leur belle-fille Isabelle d’Angoulême sont-ils encore visible au centre de la nef.

Gisant de Richard Cœur de Lion
L’Abbaye Royale de Fontevraud possède le plus grand ensemble monastique de style Renaissance conservé en France. Sous l’abbatiat de la lignée des Bourbon au XVIème siècle, la quasi-totalité des bâtiments conventuels sont reconstruits. Cloître, salle capitulaire, réfectoire sont donc accessibles à la visite, que ce soit seul, accompagné d’un conférencier, ou guidé par les outils technologiques contemporains. En 1804, Napoléon décide d'affecter le bâtiment en prison. Un siècle et demi de vie carcérale se raconte aussi à l'abbaye.



Le Centre Culturel de l’Ouest, installé à l’abbaye par le conseil régional des Pays de la Loire en 1975, s’est vu confié par l’État en 1992, la gestion du monument. Désormais de nombreuses activités se déclinent autours des arts plastiques, de la musique, des lettres…



Vues de Fontevraud

Dans le village de Fontevraud se découvrent quelques monuments remarquables à l’image de la chapelle funéraire Sainte-Catherine datée de 1225 ou de l’église paroissiale Saint-Michel avec sa voûte polychrome de style Plantagenêt. Rue de l’Hôpital se découvrent les pigeonniers des anciens hospices bâtis sous l’impulsion de Madame de Montespan résidant à Fontevraud aux côtés de sa sœur, l'abbesse Gabrielle de Rochechouard. Parmi les dépendances de l’Abbaye restent encore un moulin cavier du XVème siècle ou une superbe grange à dîme du XIIème siècle au Domaine de Mestré.