mercredi 2 mars 2016

Marine Le Pen fait un tabac au Salon de l’Agriculture

POLITIQUE
Marine Le Pen s'est rendue mardi au salon de l'Agriculture en terrain ami et avec l'Europe en ligne de mire. L’accueil chaleureux et enthousiaste qui lui a été réservé tranchait singulièrement avec ceux, pour le moins houleux et hostiles, faits à François Hollande et Manuel Valls. En clair : un accueil digne d’une Présidente.



La présidente du Front National, qui devait passer dix heures dans les allées du salon, bénéficie depuis 2012 d'une montée en puissance du vote FN chez les agriculteurs et les habitants des zones rurales.
Marine Le Pen, qui a été notamment rejointe par la députée FN Marion Maréchal-Le Pen, a appelé d'emblée à la démission du commissaire européen à l'Agriculture Phil Hogan.


« Pour sauver la peau des éleveurs, il faut faire la peau de Phil Hogan ! Phil Hogan Démission ! », a-t-elle tweeté, appelant à « sortir du débat franco-français » et à « engager un violent bras de fer avec Bruxelles ».


La chef de file du FN, qui a rencontré des producteurs de lait et des professionnels de la filière porcine dans une atmosphère détendue, a également participé à un déjeuner avec des professionnels de la viande.
Les agriculteurs français préfèrent historiquement les hommes politiques de la droite modérée et du centre.
Mais en avril 2015, un sondage BVA pour le site Terre-net montrait que 36% des agriculteurs se disaient prêts à voter pour Marine Le Pen contre 24% de l'ensemble des Français.
Les agriculteurs votent aujourd'hui FN au moins au même niveau que le reste de la population, estime l'Ifop. Jérôme Fourquet, le directeur du département opinion publique de l'institut, expliquait en marge de cette étude que « l'électorat paysan se vit de plus en plus comme faisant partie des perdants de la mondialisation. »


« Les paysans sont sensibles au discours protectionniste du Front National et à la dénonciation des méfaits de l'Europe, victimes qu'ils sont du dumping social qui y sévit », souligne-t-il.


La désertification des campagnes, la fermeture des services publics, et la hausse de la délinquance en milieu rural semblent également nourrir le vote FN.