jeudi 3 mars 2016

L'UE va lâcher l'Ukraine

EUROPE
Pour de nombreux pays européens, l'Ukraine est devenue un facteur de tension. Les Néerlandais seraient ainsi prêts à dire « NON » à une association entre Kiev et l'Union européenne.



« En Europe, la nécessité de soutenir les autorités ukrainiennes est de plus en plus souvent contestée », lit-on sous la plume de Jon Winokur, un observateur du journal américain The Wall Street Journal.


« Au mois d'avril, les Néerlandais, qui sont réputés pour leur tolérance, organiseront un référendum national sur l'octroi à l'Ukraine du statut de membre associé au sein de l'Union européenne. À en juger par les derniers sondages, il est fort probable qu'à l'issue de cette consultation ils proposent aux Ukrainiens de dégager », écrit le journaliste américain.


Jon Winokur regrette que l'on entende de plus en plus rarement en Europe « des voix de politiciens cohérents et respectés » plaidant en faveur d'un prolongement des sanctions anti-russes.
Le journaliste critique également les tentatives de la chancelière allemande Angela Merkel et du président français François Hollande de nouer un dialogue constructif avec le président russe Vladimir Poutine. « Merkel et Hollande ont l'air abattus », écrit-il.


Par ailleurs, Jon Winokur note une certaine forme de lassitude chez les Européens face au problème ukrainien. « L'Ukraine est devenue un énorme facteur de tension. Certains pays envisagent de s'en débarrasser », écrit le journaliste, se référant aux propos d'un fonctionnaire haut placé à Bruxelles.


Le mécontentement des Européens à l'égard de la politique de l'Union européenne envers l'Ukraine est sans doute un bon signe pour l'avenir des relations russo-ukrainiennes. Surtout si l'on considère le fait que les États-Unis semblent être le seul pays bénéficiant des sanctions imposées à la Russie suite à des accusations contestables.