samedi 26 mars 2016

L’Abbatiale de Saint-Gilles du Gard

PATRIMOINE DE FRANCE
La ville de Saint-Gilles a une histoire intimement liée à celle de son abbaye. Et pourtant, l'implantation humaine dans les environs est beaucoup plus ancienne et date sans doute de la préhistoire, de la haute antiquité. Les fouilles archéologiques ont permis de démontrer la présence de latifundiums romains (grandes propriétés agricoles à culture extensive) par de nombreuses découvertes archéologiques.
UN PEU D’HISTOIRE…

Armoiries de Saint-Gilles
Dès le début, le monastère sera affilié à Cluny (1066). Mais ses rapports avec l'abbaye-mère furent difficiles.

En 1098, le pape confirme à la fois l'indépendance relative du monastère (droit d'élire son abbé) et son union à Cluny.

Avec le développement du pèlerinage, l'église dédiée à Saint-pierre et à Saint-Paul, du monastère primitif s'avère trop petite.
En 1116, les moines entreprennent de construire un nouvel édifice, au-dessus de l'église primitive qu'on appelle improprement crypte aujourd'hui et où reposera le corps du saint.



Elle sera plus vaste, de 98 mètres de long, large de 25 m, avec un déambulatoire et 3 nefs. La nef centrale arrivait jusqu'au chœur semi-circulaire et les nefs latérales aboutissaient à un déambulatoire flanqué de cinq chapelles rayonnantes et deux chapelles latérales orientées.



La Crypte
En 1226, l'abbaye est soumise au roi de France. Sécularisée en 1538, elle est transformée par le pape Paul III en collégiale.
L'édifice fut partiellement détruit lors des Guerres de Religion (1562-1622), seule la moitié de l'église sera restaurée dans un style néo-gothique (église haute actuelle les moyens financiers nécessaires manquant). (Vers 1650). Les votes seront largement rabaissées (18m au lieu de 25m pour la nef centrale).
La nef centrale, longue à présent de 50m, sera dotée d'un chevet polygonal.
Actuellement, seul les piliers, les chapiteaux et la travée abritant l'actuelle sacristie sont d'époque romane.

LA RESTAURATION DU MONUMENT

La façade sera restaurée de 1842 à 1868.
De très belles orgues seront construites par Boisselin en 1659 (restaurées en 1704 et 1808).
Au centre du chœur, se trouve le buste de Clément IV, natif de Saint-Gilles devenu Pape à Rome de 1265 à 1268.



On peut encore y remarquer les pieds des anciennes colonnes, et sur l'extérieur du bâtiment de l'escalier à vis, une partie d'un oculus ainsi que le départ d'arc ogival.
Dans le déambulatoire s'ordonnent des sarcophages gallo-romains portant des cartouches avec des inscriptions entourées de motifs décoratifs tels que des amours ailés ou des guirlandes de fruits.



L'église basse ou crypte, est celle qui correspond à l'église primitive. Elle fut remaniée  aux XIe et XIIe siècles et abrite le sarcophage de Saint Gilles, redécouvert en 1865 par l'Abbé Goubler, et portant l'inscription : IN HTML QI C B AEGD (dans ce tombeau repose le corps du bienheureux AEGIDIUS).
Sur la vote  qui surplombe le tombeau on devine des traces de fresques, malheureusement très effacées.

ESCALIER À VIS

L’escalier à vis
À l'arrière de l'abbaye, sur les lieux de l'ancien chœur détruit, se dresse l'escalier à vis, considéré comme un chef d'œuvre majeur des compagnons tailleurs de pierre.



Cet escalier hélicoïdal est d'une pureté architectonique datant du XIIème siècle. Cet ensemble devint vite  une œuvre que venaient voir les tailleurs de pierre, qui y gravirent leurs noms et devises lors de leurs visites.



L'escalier desservait le clocher nord de l'abbatiale, la taille et l'assemblage de ses 50 marches sont exceptionnelles.

FESTIVITÉS ET ANIMATIONS

Pour en savoir plus…

Rubrique 900 ans abbatiale
et sur Facebook :
Ville de Saint-Gilles du Gard
Informations :
Office de Tourisme 04 66 87 33 75