samedi 19 mars 2016

Ariège : les forges de Pyrène

PATRIMOINE DE FRANCE
Les Forges de Pyrène sont un véritable livre vivant d'Histoire. Situées aux portes de Foix (5 km), elles vous font partager les richesses du patrimoine ariégeois.
LE MUSÉE

Le « Musée des métiers d'autrefois » fait renaître, au fil de sa remarquable collection de 6500 outils, les gestes des artisans d'antan.
Forges de Pyrène - Musée des Métiers Anciens


Déjà présente au Moyen Age, la forge à martinet (gros marteau de forge actionné par un moulin à eau), pièce unique et impressionnante, est l'une des toutes dernières encore en activité en France; elle a gardé son aspect d'origine et conserve encore aujourd'hui son ambiance sombre et mystérieuse.
Dans les granges, des ateliers vivants complètent la visite : vous serez accueillis par le sabotier, le fabricant de peignes en corne, le boulanger, le forgeron de village ou le coutelier qui travailleront, devant vous, comme au siècle dernier.



Enfin les Âges de la vie, spectacle scénographique, retrace le parcours dans le temps, de Baptistou,  85 ans qui fait revivre les moments de sa vie Ariégeoise à Marion, son arrière-petite-fille. (Source)

AU TEMPS JADIS

Les 5 hectares de ce hameau hors du temps mettent en scène 120 métiers, pour la plupart disparus, une collection de 6 500 outils, plusieurs ateliers animés par des artisans et un spectacle original sur la vie quotidienne au début du siècle dernier. Selon l'ouverture de leurs échoppes, vous serez accueillis par le forgeron, le sabotier, le fabricant de peignes en corne, le maréchal-ferrant, le boulanger, le coutelier ou l'orpailleur qui travailleront, devant vous, avec leurs outils anciens.



Pièce unique et impressionnante, la forge à martinet, une des toutes dernières encore en activité en France. Dans le musée des métiers d'autrefois, revivez les gestes de nos aïeux : colporteur, montreur d'ours, arracheur de dents, charron, tailleur de pierre, couvreur en chaume, cloutier. (Source)



Forges de Pyrène - Forge à martinet
Situées aux portes de Foix (5 km), Les Forges de Pyrène, reconnues Grand Site Midi Pyrénées, vous font revivre l’Ariège d’autrefois.
Sur un domaine de 5 ha, découvrez une immense collection des métiers d’autrefois : 125 métiers, 6500 outils sont présentés dans le Musée des Anciens Métiers. Métiers agricoles, métiers ambulants comme le colporteur ou le rémouleur, métiers de l’habitat et de la vie domestique : souffleur de verre, chaudronnier, tuilier, cloutier mais aussi lavandière, gantière, modéliste… Mais aussi, plusieurs ateliers animés, ateliers du sabotier, du forgeron, du boulanger, du forgeron, de l’orpailleur… et un spectacle original sur la vie quotidienne au début du siècle dernier. Le clou de la visite est sans conteste la Forge à Martinet, une pièce unique, classée Monument Historique en 1983. C’est un gros marteau de forge actionné par une roue hydraulique, la dernière encore en activité en France. (Source)

LA LÉGENDE DE PYRÈNE

Après la création de la terre, à l'aube des temps, vivait dans une contrée de hautes montagnes et de profondes vallées une peuplade appelée Bekrydes. Leur souverain, Bebryx, avait établi sa cour dans la plus vaste grotte connue des hommes : Lombrives. Sa fille, belle, jeune et douce, prénommée Pyrène, était courtisée par tous les rois et seigneurs des environs. Mais en vain !
Géryon régnait sur l'Érythie, contrée d'Espagne, voisine de l'océan. Sa seule société constituait en un troupeau de bœufs rouges, féroces, gardés par un molosse à deux têtes et un dragon à sept gueules. Il s'agissait évidement pour Hercule de s'emparer des bœufs et de les joindre aux trophées qu'il avait déjà ramenés à Mycènes. Armé de son énorme massue et l'épaule recouverte de la peau du Lion de Némée, il suivit les côtes de l'Afrique et parvint au détroit qui les sépare de l'Europe. Avant de passer sur l'autre continent, deux monolithes, un sur chaque rive, sont élevés par ses soins, comme souvenir. De son nom, ils s'appelleront les Colonnes d'Hercule.
Ce jeune et bel homme arriva au pays des Bébrydes. Il fit la connaissance de Pyrène, et fréquemment ils se retrouvèrent. Par une chaude nuit d'été dans la pénombre étoilée, au milieu de senteurs de mille fleurs, leur deux corps d'adolescents vécurent frénétiquement le même instant. Quelques temps après, Hercule se décida a s'absenter pour le rapt du bétail du roi Géryon. Pyrène restait bien seule tandis que sa taille portait la trace de ces fols amours ... Aussi eut-elle peur de se montrer face à tous, face à son père le roi Bebryx, d'affronter la colère du souverain offensé. C'est pourquoi elle décida de fuir loin du royaume des Bébrydes.
Au cours de son chemin, un ours, un terrible ours brun s'approcha d'elle, la griffa, la terrassa, déchira son visage et son corps. Pyrène, de douleur hurla. Hercule qui entendit l'écho d'une voix agonisante, laissa tomber ses outils et ses travaux et, d'un bond, par-dessus cimes et torrents, accourut pour recueillir dans ses bras, sa bien-aimée, morte.



Au cœur de l'endroit le plus grandiose de l'immense grotte de Lombrives, dans une salle ornée de roches dorées, eut lieu une grande cérémonie en présence de tous les hauts dignitaires du royaume des Bekrydes. Hercule lentement prononça ces quelques mots d'adieu : « Afin que ton nom, ma chère Pyrène, soit conservé à jamais par les hommes qui peupleront cette terre, ces montagnes dans lesquelles tu dors pour l'éternité, s'appelleront dorénavant : Les Pyrénées ».



Puis Hercule s'en alla avec ses bœufs via la Gaule, l'Italie, l’Illyrie, l'Épire et l'Hellade vers Mycènes et la suite de ses travaux. (Source)


Pyrène aujourd’hui : la fidèle Amie du Gaulois

Les métiers d’antan