dimanche 14 février 2016

L’Otan au secours des Européens face aux migrants

IMMIGRATION
À Bruxelles jeudi 11 février, au QG de l'Otan, l'ordre du jour était consacré à la crise des migrants. L'Alliance atlantique a décidé dans ce dossier d'aider les Européens à endiguer l'afflux de réfugiés dans l'UE. Ils vont notamment déployer une mission navale en mer Égée.



Il s’agit pour les forces navales et aériennes de l'Otan de repérer en temps réel le moindre mouvement de navires, y compris de petites tailles, entre les côtes turques et les îles grecques. Des renseignements précis seront alors transmis à l’agence « Frontex » de protection des frontières extérieures de l’UE, laquelle coordonne les interventions des garde-côtes turcs et grecs, chacun dans ses eaux territoriales.

Pour les moyens de détection, des navires, des avions et des satellites militaires de l'Otan apporteront donc une vue d’ensemble très précise de la zone maritime d’intervention, vue qui faisait jusque-là défaut à « Frontex ». L’arraisonnement des embarcations de passeurs sera en principe l’affaire des garde-côtes. Cependant, en cas de sauvetage en mer opéré par des unités de l'Otan, les migrants recueillis seront directement ramenés en Turquie. Aucune limitation dans le temps n’a été fixée à cette mission.

Quant aux moyens, l'Otan a déjà donné l’ordre à l’une de ses deux flottilles permanentes en Méditerranée, rattachée à l’une des bases souveraines britanniques à Chypre, d’appareiller et de mettre cap sur la mer Égée où les premières unités devraient arriver sous 48 heures.
Cette flottille, à laquelle participent par roulement les marines des pays de l’Alliance atlantique, comprend actuellement cinq frégates et escorteurs battant pavillon italiens, canadiens, grecs et turcs, des navires néerlandais et danois devraient rapidement venir les appuyer.