mardi 2 février 2016

Les Soldats d’Odin contre les migrants

SÉCURITÉ
Soldats d’Odin : « Tout le monde a le droit de se défendre s’il est attaqué. C’est ce que nous faisons et ensuite nous appelons la police.» Si cette défiance de certains citoyens envers leurs élites en matière de sécurité existe en Finlande qui a accueilli environ 30 000 demandeurs d’asile en 2015, imaginez la situation en Allemagne, où ils ont été plus d’un million. Et pourquoi pas « Les Guerriers de Teutatès » en France ?... (Vidéo)



Un groupe fait actuellement parler de lui en Finlande. «Les soldats d’Odin» patrouillent dans plusieurs villes afin de protéger les citoyens des migrants. Une situation de moins en moins marginale sur le « Vieux Continent ».
Dans le panthéon nordique, Odin est le roi des dieux. Divinité du savoir, de la guerre et de la mort il s’est trouvé des nouveaux fils. À l’aune de la crise migratoire qui frappe l’Europe, «Les soldats d’Odin» se sont investis d’une mission : celle de défendre les Finlandais de souche contre les migrants.
Selon les médias du pays, ils seraient environ 500, vêtus de leurs vestes noires, à patrouiller dans les centres urbains. Si aucun affrontement n’a pour l’instant été signalé entre le groupe d’auto-défense et les migrants, leur présence inquiète dans les plus hautes sphères de l’État.

À écouter plusieurs membres du groupe originaires de la ville de Joensuu, le gouvernement n’a pas à s’inquiéter : «Attaquer ne fait pas partie de nos principes. Nous nous inquiétons seulement de nous défendre. Tout le monde a le droit de se défendre s’il est attaqué. C’est ce que nous faisons et ensuite nous appelons la police.»

L’intérêt principal de l’affaire réside dans les origines de la création du mouvement. Fondé fin 2015 dans la ville de Kemi, située à proximité d’un point de passage des migrants, le groupe justifie son existence par l’incapacité de la police à assurer la sécurité des Finlandais.

«On en est arrivé à une situation de melting-pot culturel. Cela cause peur et inquiétude au sein de la communauté. Alors on a commencé à rassembler un peu de monde. Le plus gros problème étant que nous avons appris par Facebook que des demandeurs d’asile s’introduisaient dans des écoles primaires à la recherche de jeunes filles», explique Mika Ranta, l’un des organisateurs.

La police finlandaise a tout de même rapporté que des hommes «d’origines étrangères» ont sexuellement agressé plusieurs femmes durant la nuit du 31 décembre à Helsinki. Les rapports des forces de l’ordre font état d’un doublement des cas d’agressions de ce type dans les quatre derniers mois de 2015 comparé à la même période un an plus tôt (147 contre 75). Pour «Les soldats d’Odin», il est clair que les responsables sont les «intrus islamistes».
Si cette défiance de certains citoyens envers leurs élites en matière de sécurité existe dans ce pays qui a accueilli environ 30 000 demandeurs d’asile en 2015, imaginez la situation en Allemagne, où ils ont été plus d’un million.