samedi 20 février 2016

Elne en Roussillon : sa cathédrale, son cloître

PATRIMOINE DE FRANCE
Elne est située dans la plaine du Roussillon, à 12 km au sud-est de Perpignan. La ville est à cinq kilomètres de la mer, juste au nord du Tech.



On trouve des traces de la présence de l’homme sur le site dès la fin de l’Âge de Bronze. Les auteurs antiques connaissent Elne sous le nom ibère d'Illiberis, latinisation d'un nom d'origine qui ressemblait probablement à Illimberes signifiant en langue celtique « collines au milieu des limons », ou bien « la ville neuve » en ibère.
Dès le VIIIème siècle, à l'époque préromaine, Illiberis fut déjà une cité prestigieuse. Devenue capitale du Roussillon, bâtie sur un oppidum, Elne surveillait le passage entre Languedoc et Catalogne. Plusieurs auteurs ont pensé que le site d'Elne pourrait être celui de Pyrène (ou Pyréné), important comptoir grec mentionné par Hérodote au Vème siècle avant notre ère.
Au IVème siècle, la ville prend le nom de « Castrum Helenae », peut-être en l'honneur d'Hélène, mère de Constantin le Grand et grand-mère de l'empereur Constant, qui y sera assassiné en 350.

Au Vème siècle, l'empire romain se désagrège sous les assauts des invasions germaniques. À partir de 413, le territoire est sous la domination des wisigoths. La cité devient le siège d'un évêché vers 568. Les arabes, après leur conquête de la péninsule ibérique, traversent les Pyrénées et occupent le Roussillon en 719. Ils en seront chassés vers 770.

En 1060, la cathédrale est construite sur l’emplacement d’anciens édifices religieux. Sa construction dura tout le long du Xème siècle. Dédiée aux saintes Eulalie et Julie, elle est consacrée en 1069.
En 1150, les habitants reçurent l'autorisation de fortifier leur ville, qui fut assiégée et prise quatre fois dans son histoire : par Philippe le Hardi en 1285, puis par Pierre d'Aragon en 1344, par Louis XI en 1474, et par les troupes de Louis XIII en 1641.
À partir du XIVème siècle, son activité économique déclina au profit de Perpignan. Le 30 juin 1602, la résidence épiscopale fut transférée d'Elne à Perpignan ainsi que les reliques de sainte Eulalie et sainte Julie, patronnes de la cité. Le 7 novembre 1659, le Traité des Pyrénées scelle définitivement l'annexion du Roussillon à la France. (Source)

La cathédrale Sainte-Eulalie-et-Sainte-Julie
En 1060, la cathédrale est construite sur d’anciens édifices religieux.

Bâtie au XIe siècle, c'est une basilique sans transept, à trois nefs. Sa façade crènelée est dominée par un clocher carré et par une tour de brique. On y pénètre par un élégant portail de marbre, à l'intérieur, une nef voûtée en plein-cintre avec arcs doubleaux. La différence d'épaisseur entre le sommet et la base des piliers ainsi que la présence d'une archivolte supplémentaire, accentuent l'impression de longueur de l'édifice. Les chapelles du bas-côté sud abrite le gisant de l'évêque Raymond Costa décédé en 1310, une piéta en albâtre du XVe siècle et un retable en bois peint consacré à saint Michel.

Le cloître
Un musée d'archéologie au sein même du cloître (chapelle Saint-Laurent).

Considéré, à juste titre, comme l'un des plus beaux d'Europe, c'est un riche témoin de la sculpture médiévale roussillonnaise. Construit entre les XIIe et XIVe siècles, tout de marbre blanc veiné de bleu, il vous fait traverser deux époques, deux styles : le roman et le gothique, avec comme fil unificateur ses arcatures en plein-cintre romanes et l'extraordinaire luxuriance des motifs (animaux fantastiques, végétaux, figures religieuses) de ses chapiteaux et piliers. Attenant à la cathédrale, il était destiné aux chanoines. La galerie sud, adossée au flanc de la cathédrale, est du XIIe siècle, les trois autres sont des XIII et XIVe siècles. Dans la galerie est, les trois sarcophages en marbre sont d'époque wisigothe (VIe et VIIe siècles). Un musée d'archéologie au sein même du cloître (chapelle Saint-Laurent) présente des vestiges provenant des divers sites d'Elne, datant du néolithique jusqu'au Moyen Age. Situé dans les salles capitulaires se trouve également un musée d'Histoire qui témoigne de l'histoire locale. (Source)