mercredi 10 février 2016

Arrestation du Général PIQUEMAL : la Mairie de Calais trainée en Justice

JUSTICE
«Estimant que les policiers municipaux, ne doivent pas participer à ce type de dispositifs auxquels ils ne sont pas formés, le « Syndicat de Défense des Policiers Municipaux » (SDPM) décide de saisir la Justice. La mairie de Calais devra s'expliquer sur cette affaire».



Le Syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM) a décidé de saisir la justice après la publication par « RT-France » d’une vidéo montrant l’arrestation du général Piquemal, lors de la manifestation anti-migrants, ce samedi à Calais.
Dans une vidéo diffusée sur la chaîne YouTube de RT France, le SDPM a aperçu à la 20ème seconde «un agent équipé de matériels de maintien de l'ordre, en uniforme réglementaire d'agent de police municipale, alors qu'un mouvement de foule est visible», lit-on dans le communiqué publié sur le site du syndicat.
Cependant, comme le rappelle le SDPM, la loi interdit d’affecter des agents de la police municipale à des missions de maintien de l’ordre, qui relèvent de l’autorité préfectorale et sont déployées lors d’événements de grande ampleur présentant un risque de dégénérer. Ces agents ne participent normalement qu’aux opérations de «surveillance du bon ordre», un dispositif applicable aux grands rassemblements pacifiques tels que marchés, foires etc.

«Estimant que les policiers municipaux, ne doivent pas participer à ce type de dispositifs auxquels ils ne sont pas formés, le SDPM décide de saisir la Justice. La mairie de Calais devra s'expliquer sur cette affaire», a annoncé le syndicat, qui a saisi également le Défenseur des droits. «Si les faits sont établis, ceci constitue une mise en danger des agents de police municipale que le Syndicat condamne très fermement», conclut le document.

Les faits en question ont eu lieu le 6 février à Calais, lors d’une manifestation du mouvement contre l’immigration « Pegida » qui a été maintenue par les organisateurs malgré une interdiction du ministère de l’Intérieur. Lors de ce rassemblement qui se déroulait sous haute surveillance, une vingtaine de personnes ont été interpellées par la police, dont le général Piquemal, ancien commandant de la Légion Étrangère. Cette arrestation a suscité une tempête de réactions sur les réseaux sociaux, une grande partie des internautes l’ayant fermement condamnée.