jeudi 11 février 2016

Arrestation du Général PIQUEMAL : de l’enfumage pour masquer le procès Cahuzac

JUSTICE
Comme par hasard, la comparution immédiate du Général PIQUEMAL devant le TGI de Boulogne aurait dû avoir lieu le lundi 8 Février… le même jour que l’ouverture du procès de Cahuzac, ex-ministre du Budget chargé de combattre la fraude fiscale et lui-même fraudeur. Copinage, escamotage, tromperie, enfumage : les méthodes d’un régime à l’agonie.



Dans une telle affaire, à l’époque du Général de Gaulle, le ministre de l’intérieur aurait été congédié dans l’heure pour des faits identiques. Car on est bien en présence d’une nouvelle « bavure » de Cazeneuve à l’encontre d’un authentique héros, qui savait insuffler « l’esprit Bigeard » à ses hommes.

Ayant servi notamment sous les ordres du général Bigeard, mais aussi au 9 ème régiment de chasseurs parachutistes, le Général Piquemal a été vacciné au « pur jus d’Amour de la France » et a montré, à plusieurs reprises qu’il était prêt à sacrifier sa vie pour la France.

Cazeneuve et ses sbires semblent avoir oublié que le Général Piquemal a été adjoint au chef du cabinet militaire de trois Premiers ministres socialistes, socialistes de surcroît, qui reconnaissaient son professionnalisme, son patriotisme et sans pour autant qu’il s’en trouve impliqué politiquement :
Michel Rocard (1989-1991),
Édith Cresson (1991-1992),
Pierre Bérégovoy (1992).

L’arrestation du Général Piquemal et sa « comparution immédiate » devant le TGI de Boulogne initialement programmée ce lundi étaient destinées, dans l’esprit de Hollande, Valls et de Cazeneuve, à masquer par un écran de fumée, le procès de leur ami  ex-ministre socialiste du budget Jérôme Cahuzac, qui s’ouvrait le même jour à Paris. 


Un honnête Général devait être livré en pâture à la presse de gauche, pour préserver un « ministre escroc » de Hollande ayant très lourdement fauté.