samedi 23 janvier 2016

L’OTAN apportera le chaos – par NOBELINE

TRIBUNE LIBRE
États membres et partenaires de l'OTAN


L’Europe est malade. Elle est malade de ses dirigeants. De ces dirigeants que nous n’avons pas élus. Et qui nous entraînent dans une spirale infernale qui, si nous ne nous décidons pas à agir vite, aura raison du Vieux Continent.
Pour établir un diagnostic rapide et sûr, désignons le virus responsable de sa mauvaise santé : États Unis. États-Unis et irresponsabilité des dirigeants européens.

èQue nous ont apporté les USA depuis leur crise financière de 2008 ?

Des problèmes. Des problèmes majeurs dans l’économie, la finance, les guerres engagées, l’invasion musulmane  et... leur guerre froide contre la Russie.

Guerre froide qui ne cesse de se refroidir jusqu’à atteindre des degrés nettement inférieurs aux relations normales que l’on croyait stabilisées entre « les blocs de l’Est et de l’Ouest », depuis 25 ans à peu près.

La guerre, c’est ce qu’affectionnent les États-Unis depuis leur naissance, il y a quelque 240 ans. Et c’est ce qu’ils font de mieux. D’abord, parce que cela génère des milliards de dollars en vente d’armements et autres bénéfices. Peut-être aussi, par atavisme, ayant acquis leur pays par la conquête. Ou, encore, parce qu’ils veulent s’inscrire dans l’Histoire des Grands de ce monde, comme la France, la Russie et d’autres pays européens dont les prestigieux ancêtres ont écrit l’Histoire du Monde.

Toujours est-il que la Russie et les USA se comportent, depuis près d’un siècle, comme des ennemis plutôt qu’en compétiteurs dans tous les domaines.

C’est au nom de cette guerre froide et de « la présumée menace soviétique» que fut créé l’OTAN. Cette alliance atlantique, chapeautée par les USA qui permettait de s’unir pour se défendre en cas d’agression… de l’ex-URSS.

Entre temps, le mur est tombé, l’URSS n’existe plus. Les missiles et autres armes nucléaires ont déménagé d’Europe (?) et le calme semblait revenu.

Sarkoland
Si les pays européens, signataires du pacte, sont militairement, dépendants des USA, la France a été protégée de cette contrainte, grâce à De Gaulle, depuis sa sortie de l’OTAN, en 1969. Malheureusement, Sarkozy, dans un premier temps et, aujourd’hui, Hollande, ont décidé de renouer avec ce carcan qui nous entraine dans les guerres décidées par les étatsuniens.

Réintégrer l’Otan, c’est renoncer à notre totale indépendance militaire, cette autonomie militaire vitale à tout pays souverain.
Revenir dans le giron de l’Otan, c’est accepter que les USA soient le chef de nos armées.
Adhérer à l’Otan, c’est une déclaration de totale soumission de la France à l’Amérique.

En lieu et place de cette terrifiante constatation, nous avons pu lire, dans les media français rapportant la niaiserie des propos de nos politiques, que ceux-ci « ne verraient, dans cette alliance, que le manque à gagner de la France dans l’exonération à l’impôt des personnels militaires américains résidant sur notre territoire ».

èSont-ils devenus fous ou sont-ils, déjà, soumis ?

Nous sommes, déjà, totalement soumis à l’Europe financière, économique et sociétale. Il ne nous manquait plus qu’offrir notre armée au promoteur de cette Europe pour que nous devenions un fétu de paille dans ce vent au relent de guerre mondiale commandée, dirigée et entretenue par les USA.

Sans moyen de nous y soustraire, notez-le. Notre expérience négative dans l’affaire « Union Européenne » de laquelle nous aimerions sortir, est, tous les  jours, vérifiable.

Nous sommes tellement liés par toutes sortes de pactes, traités et autres conventions, à l’Amérique que, lorsqu’en 2008 elle a subi sa « guerre financière », nous avons hérité, forcément, des répercutions en Europe. Et, là non plus, jusqu’à ce jour, nous n’en sommes jamais sortis.

Les FMI, Banque Mondiale, ONU, OTAN, UE, sont des créations des États Unis qui ne cherchent que leur intérêt, certainement pas le nôtre.

Devrions-nous être, militairement, soumis aux USA quand nous sommes, déjà, économiquement, financièrement et politiquement dépendants d’eux ?

La Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Italie (et nous bientôt) en ont fait les frais et sont au bord de l’abîme. Trop endettés, le FMI, Grand Argentier devant l’Éternel, n’est là que pour les obliger à s’endetter toujours plus et être, encore plus, dépendants d’eux. Ces pays européens - et ils ne sont pas les seuls, n’ont d’autre recours que d’instaurer un régime de rigueur à leur peuple. Excédés, les peuples manifestent, se révoltent et ces tensions Peuple/Etat, affaiblissent sérieusement les pays européens.

Non, l’Amérique ne nous a pas déclaré la guerre avec des armes mais elle l’a fait  - avec l’assentiment de nos dirigeants  - de manière détournée et ils sont responsables de la situation désastreuse qui règne en Europe et particulièrement en France.

L’OTAN, c’est le chaos.

èÀ qui profite le crime ?

Pour ne rien arranger, ces USA ont créé de tels chaos en Afghanistan, en Afrique (Lybie) et au Moyen-Orient (Syrie, Irak, Égypte) qu’il en résulte une migration démentielle de ces populations que nous accueillons, contraints et forcés, depuis quelques années, en Europe.
Pourtant, n’appartenant pas au clan « otanesque », il appartenait à nos dirigeants de réfléchir avant de nous engager dans ces conflits meurtriers. Mais nos chefs français se sont soumis sans condition aux américains.

èPourquoi ?

Croyez-vous que les États Unis s’inquiètent de nos vies ? S’inquiètent-ils de notre pouvoir d’achat ? Point du tout.
Ils sont à des milliers de kilomètres, bien à l’abri de la récession et de l’invasion musulmane que nous subissons.
La crise pétrolière qu’ils ont déclenchée dans les Pays du Golfe et qui va provoquer encore plus de migrations, ne les intéresse que dans la mesure où leur pétrole se vendra correctement et qu’ils retireront des bénéfices de ces autres marchés pétroliers. Tant qu’ils ne sont pas directement menacés, les États-Unis se fichent de ce qui peut arriver dans le monde entier.

Et, comme semer la mort dans ces pays pour des intérêts financiers n’était pas suffisant, les voilà qui nous embarquent dans un énième conflit, à peine déguisé, contre la Russie.

Oui, oui, vous avez bien lu, contre la Russie.

èMais pourquoi font-ils ce forcing ?

Parce que, en Europe, dans des pays comme la France, l’Allemagne, la Hongrie, l’Autriche - la liste n’est pas exhaustive, les partis populistes, nationalistes, montent en puissance. Et des nationalistes, des populistes, des patriotes, les USA en ont peur, ils n’en veulent pas.

Que nous puissions revendiquer et rétablir la souveraineté dans nos pays ne convient pas du tout aux américains. Ils n’auraient plus les coudées franches. Et ça, il n’en est pas question.

Les USA sont cette première puissance économique et militaire uniquement parce qu’ils soumettent tous les pays occidentaux à leurs diktats.

Si les partis nationalistes arrivaient au pouvoir en Europe, nous pourrions nous rapprocher de la Russie, incontestablement européenne et nous défaire de la mainmise des USA.

Depuis l’affaire ukrainienne et, surtout, depuis l’entrée de la Russie dans le conflit syrien, la donne a changé, pour les Américains.

La majorité des peuples européens perçoit la Russie comme une alliée fiable, ferme et déterminée à nous débarrasser des terroristes musulmans.
Encore bien plus, depuis que, par les media des deux bords, nous sommes informés de l’implication pro terroriste américaine en Syrie, confirmée par des membres des services américains.

L’indignation que nous avons ressentie a soulevé un vent de mépris, voire de révolte, contre les USA. Et donc, nous nous sommes, un peu plus, rapprochés de la Russie de Poutine.

L’OTAN soutient maintenant Al-Qaïda

èEt ça, ça ne fait pas l’affaire des Américains.

Alors, ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure. En agitant la menace d’une attaque sournoise des Russes qui pourraient intervenir en Europe.

Donc, nous aurions besoin des Américains pour nous protéger, n’est-ce pas ?

Et pour ce faire, il leur faut réinstaller, en Europe, leurs bases militaires, euh… surtout dans les pays de l’ex-bloc soviétique contrevenant, ainsi, aux accords signés qui leur intimaient de s’en tenir éloignés.

èEt pour que les Américains s’installent à nouveau en Europe, il y a L’OTAN !

Il leur faut donc toutes les alliances des pays européens pour pouvoir, à nouveau, agir en maîtres de guerre, chez nous. Hollande est fin prêt. Il est à un poil de réintégrer la France dans tous les articles du pacte de l’OTAN, pour compléter le travail initié par Sarkozy, en 2009.

Il est vrai que Hollande a toujours eu un temps de retard sur les autres dirigeants européens. Il a le cerveau lent ! Parfois, nous l’avons vu récemment dans l’affaire syrienne, il avance, même, à contre-courant.

A l’heure où la Pologne fait la nique à l’Otan ; où des dirigeants allemands sont très contrariés par la soumission de Merkel, d’envoyer ses troupes « protéger » la frontière turque, sur décision de l’Otan ; où les frontières autrichiennes, hongroises et d’autres se ferment en Europe, contrairement à la directive Schengen, les américains sentent le vent tourner contre leurs intérêts et font le forcing pour nous faire plier.

En nous imposant la Turquie d’Erdogan, qu’ils souhaitent voir intégrer l’Union Européenne, par leur complicité avec les terroristes islamiques dans le conflit moyen-oriental, en manœuvrant pour réinstaller leurs bases militaires sur le continent européen, les Américains veulent faire reculer et isoler la Russie qui a osé contrecarrer ses  objectifs, en commençant par son aide à la Syrie de El Assad.

La résurgence de la guerre froide avec la Russie ne nous apportera que des problèmes graves, voire même, des conflits armés entre pays européens. L’Europe est déjà très mal en point économiquement pour se permettre des guerres intestines.


Si les États-Unis installent leurs bases militaires en Europe, si  nous signons l’acte de reddition à ce pays, viendra immanquablement, le chaos.