samedi 9 janvier 2016

L'opposition a du bon – par Alain de CHARENTE

Surnommé « l’imam de Bordeaux », Alain Juppé sur fond de la mosquée de Bordeaux qu’il a inaugurée en novembre 2015. (25 millions € sur 12 000m2). Prie-t-il pour sa victoire aux Primaires ?...

I
l est quand même curieux de constater que c'est quand ils sont dans l'opposition que les hommes politiques ont les bonnes idées, proposent des solutions à tous les problèmes, savent comment gérer les crises et gouverner pour répondre à l'attente du Peuple, surtout au lendemain des élections, a fortiori lorsqu'elles ne leur ont pas été particulièrement favorables.n


Les exemples sont nombreux mais le dernier en date concerne celui qui vient de s'exprimer et qui prépare activement sa participation aux primaires à Droite, avec bien entendu une perspective sur l'étape suivante, l'élection présidentielle qu'il peut se permettre d'aborder avec sérénité et pourquoi pas optimisme puiqu'il est qualifié de « chouchou » des Français, du moins ceux qui n'ont pas la nostalgie du socialo-communisme, ceux qui voient en Nicolas Sarkozy la machine à perdre et ceux que le Front National révulsent.

Alain Juppé qui a participé entre autre comme premier ministre d'un gouvernement présidé par Jacques Chirac s'engage donc sur la voie qui mène vers la fonction suprême en 2017 et pour ce faire sort l'artillerie lourde, sans vergogne ni pudeur ni honte car empruntée au programme du Front National pour espérer ratisser cet électorat qui, s’il se laissait séduire ou plutôt embobiner, lui assurerait la victoire sans coup férir.

Mais rien n'est joué et encore moins gagné car Alain Juppé traine malgré tout quelques casseroles et ses discours d'aujourd'hui sont quand même sacrément décalés par rapport à ceux entendus précédemment, surtout en matière de sécurité, d'immigration où là il ne s'agit pas de décalage mais de grand écart, de volte-face, de virages à 360 °.

Celui qui est sorti par la petite porte gouvernementale évincé par la rue en colère a donc choisi de revenir sur le devant de la scène avec un discours qui se voudrait volontariste, viril et musclé, mais qui cependant sonne creux tant il manque de sincérité. Si ça se trouve, dans quelques mois il va se présenter comme étant le porte-drapeau de la sortie de l'Union Européenne, de l'abandon de l'Euro, de la remise en vigueur des frontières internes, de la préférence Nationale en matière d'emploi, de logement, de prestations sociales… car de toute évidence, l'amour propre et les convictions profondes ne font pas partie de son vocabulaire, et sans doute mise-t-il sur la crédulité du bon Peuple si facile à manipuler, ce en quoi il n'a pas hélas tout à fait tort.


Certains pronostiqueurs annoncent un duel Marine Le Pen/Alain Juppé au deuxième tour de la présidentielle, mais c'est sans doute faire preuve de beaucoup d'audace car nous n'en sommes pas là… Mai 2017 est encore loin et le chemin est non seulement encore long, hasardeux et tant d'évènements majeurs peuvent surgir à chaque instant qu'il est présomptueux de s'aventurer sur ce terrain glissant.n