lundi 18 janvier 2016

L'Italie refuse de payer pour les réfugiés en Turquie

L’Italie ne veut plus payer à cause de l’incompétence de l’UE.


L
ors d’un sommet en novembre 2015, l’Union Européenne a donné son aval pour fournir à la Turquie 3 milliards d’euros afin de « satisfaire les besoins des refugiés ». En échange, Ankara devait porter main forte dans la résolution de la crise migratoire. Seul pays-membre de l'UE à se déclarer contre le financement de la Turquie, « l'Italie fait obstacle la réalisation du plan », a rapporté le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem au cours d'une conférence de presse. (Gonflé, ce quidam ! Ndlr)n


« Actuellement, on a l'impression que l'UE bat en retraite, a déclaré le diplomate. Nous devrons résoudre ce problème dans les meilleurs délais pour être un partenaire crédible dans les négociations avec Ankara sur la crise migratoire », ajoute Jeroen Dijsselbloem.
Plus tôt, la Commission européenne avait approuvé la création d'un fonds spécial pour les réfugiés en Turquie, totalisant 3 milliards d'euros: la commission lui allouera 500 millions d'euros, tandis que les pays-membres de l'UE vont devoir regrouper les 2,5 milliards restants.
Selon les données actualisées de l'agence européenne Frontex, dans les dix premiers mois de 2015, environ 1,2 million de migrants sont arrivés dans l'UE. Ainsi, l'Allemagne a accueilli environ 1,1 million de migrants en 2015. Près de 250.000 réfugiés y sont arrivés clandestinement. La Commission européenne a reconnu que la crise migratoire actuelle était la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale.n