jeudi 21 janvier 2016

L'État islamique rase le plus ancien monastère chrétien d'Irak

Ce monastère vieux de 1400 ans n’existe plus…



Le plus ancien monastère chrétien d'Irak à Mossoul (nord) a été réduit en cendres par les combattants de Daesh qui poursuivent la destruction des vestiges du passé culturel et religieux préislamique dans la région.
Le monastère chrétien Saint-Élie de Mossoul a survécu près de 1400 ans aux agressions de la nature et de l'Homme. Dans les siècles précédents, plusieurs générations de moines ont allumé des bougies et ont prié dans la chapelle où les lettres grecques Chi et Rho représentant les deux premières lettres du nom du Christ sont écrites.
Aujourd'hui, c'est terminé. Désormais, les photos satellites obtenues par l'Associated Press (AP) ne trompent pas confirmant les craintes des autorités religieuses et des associations de défense du patrimoine : le monastère n'est plus qu'un tas de cendres.
Dans son bureau en exil à Erbil, dans le nord de l'Irak, le révérend Paul Thabit Habib, 39 ans, voit cette destruction d'un site religieux sacré comme une tentative et une volonté d'expulser définitivement les chrétiens hors d’Irak et éliminer la culture chrétienne de la région comme si elle n'avait jamais existée.
L'État islamique, qui contrôle aujourd'hui une grande partie de l'Irak et de la Syrie, a déjà tué des milliers de civils et contraint des centaines de milliers de chrétiens à fuir la région où ils étaient installés depuis près de 2000 ans.
Daesh a détruit une grande quantité de bâtiments religieux et historiques qu'il considère comme antérieurs à la période islamique.
Le monastère Saint-Élie rejoint ainsi une liste croissante de plus de 100 sites religieux et historiques démolis dont des mosquées, des tombeaux, des sanctuaires et des églises de Syrie et d'Irak.
Les combattants de Daesh ont déjà détérioré ou anéanti des monuments anciens à Ninive, Palmyre et Hatra. Les musées et les bibliothèques ont été pillés, les livres brûlés et les objets d'Art détruit ou revendus au marché noir.
«C'est une immense partie de l'Histoire qui a été détruite», a déclaré le révérend Manuel Yousif Boji à l'AP. Pasteur catholique chaldéen à Southfield, dans le Michigan (États-Unis), il se souvient notamment avoir assisté à une messe à Saint-Élie en tant que séminariste.
En Irak, la population chrétienne a chuté de 1,3 million à 300.000 fidèles selon les autorités ecclésiastiques.n
Source posté par Marino