mardi 26 janvier 2016

Le Danemark durcit, lui aussi, sa politique migratoire

IMMIGRATION
L’alliance du parti libéral « Venstre », du « Parti Populaire Danois » et des « Sociaux-Démocrates » garantit l’adoption du texte de loi. Seule la gauche s’y oppose.

Aujourd’hui, mardi 26 janvier 2016, le Parlement danois s’apprête à voter un projet de loi qui rendra encore plus difficile l’obtention de l’asile. Point essentiel du texte : la confiscation des liquidités ou des effets personnels aux migrants qui détiennent plus de 10 000 couronnes danoises, soit plus de 1 340 euros. L'idée est qu'ils apportent leur contribution à l'État qui les accueille.

Saisir les biens de valeur des migrants... la mesure est avant tout symbolique, destinée à donner un signal clair aux futurs candidats à l’exil : le Danemark est une destination à éviter. Ce n’est pas la première tentative que les autorités de Copenhague entreprennent pour dissuader les migrants de venir : en septembre 2015, elles avaient acheté des encarts publicitaires dans la presse libanaise pour expliquer que les conditions d’installation avaient été durcies.

Le texte qui va être voté ce mardi va dans le même sens. Il prévoit notamment de rallonger d’un an à trois ans les délais pour demander à faire venir sa famille.

Les Danois favorables à cette loi

Le texte a été critiqué par la gauche et par la société civile mais l’opinion publique danoise est très favorable à une limitation des arrivées. En effet, le pays a déjà accueilli 21 000 réfugiés en 2015. À titre de comparaison, son voisin suédois en a recensé 163 000.

L'issue du vote ne fait pas de doute : le parti libéral « Venstre » au pouvoir a le soutien de ses alliés du « Parti populaire danois », une formation nationaliste anti-immigration, ainsi que des sociaux-démocrates. Ce qui garantit l’adoption du texte de loi.