mercredi 27 janvier 2016

La Bavière aussi menace Merkel de saisir la Justice

IMMIGRATION
Face à la « crise migratoire », l’attitude de Merkel ne s’apparente pas à du laxisme stupide mais à de la haute trahison délibérée. Seuls les gros patrons se satisfont de cet apport de main-d’œuvre bon marché. Pas le Peuple allemand.



L'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU), alliée de la CDU de la chancelière Angela Merkel, a adressé mardi à cette dernière une lettre dans laquelle elle menace de saisir la justice si le gouvernement n'agit pas pour réduire l'afflux de migrants et réfugiés en Allemagne. Rappelons que Merkel fait déjà l'objet d'une procédure judiciaire pour les mêmes motifs. (Voir: « Merkel traînée en justice »)
Horst Seehofer, dirigeant de la CSU, réclame l'ouverture de centres de rétention près de la frontière autrichienne pour accélérer l'expulsion des migrants qui ne satisfont pas aux critères du droit d'asile.
La lettre dans laquelle il menace d'attaquer le gouvernement en justice a été faxée mardi à Angela Merkel et la chancelière a jusqu'à vendredi pour y répondre, ont indiqué les services du ministre-président de Bavière, la région par laquelle arrivent le plus grand nombre de réfugiés, rapporte « Reuters ».
Réagissant à cet ultimatum, le chef du groupe parlementaire du parti social-démocrate (SPD, gauche allemande), partenaire minoritaire de la coalition gouvernementale au pouvoir, a estimé que la lettre était synonyme de « rupture au sein de la coalition ».

« Pour gouverner le pays, le soutien de la CSU n'est pas indispensable », a ajouté Thomas Oppermann, rappelant que la coalition CDU-SPD dispose d'une large majorité au Bundestag.

Ce n'est pas pour la première fois que l'allié de Mme Merkel lui lance un ultimatum. Auparavant le premier ministre bavarois avait promis de s'adresser au Tribunal constitutionnel, si le gouvernement fédéral ne réussissait pas à rétablir aux frontières allemandes l'état fixé par la législation. Les autorités bavaroises avaient plusieurs fois déclaré que leurs capacités d'accueillir de migrants et de réfugiés passant de façon légale et illégale par les frontières sud de l'Allemagne étaient épuisées.
Cependant, Mme Merkel avait refusé d'annoncer les limites d'accueil de migrants. L'Allemagne a déjà accueilli près de 1,1 million de réfugiés en 2015. La crise migratoire actuelle semble être la plus grave depuis l'époque de la Seconde Guerre mondiale.