jeudi 17 décembre 2015

Tweet de Marine : encore un lynchage médiatique


I
l ne se passe pas un jour sans que nous subissions les propos haineux de la caste politique et médiatique à l’encontre de Marine Le Pen et du message qu’elle porte. Ce en quoi, dès qu’ils tournent le bouton de leur radio ou de leur télévision, les électeurs FN sont insultés à longueur d’émission. Du lynchage médiatique permanent… écœurant ! Le dernier prétexte invoqué pour, encore et toujours, clouer la présidente du FN au pilori est la diffusion, sur son compte Tweeter, de photos de James Folley, journaliste américain décapité par l’EI. Encore une opération de propagande orchestrée comme à l’habitude. Mais aucun de ceux qui jouent aujourd'hui les indignés n'a protesté contre l'instrumentalisation de la photo d'un bébé mort sur une plage de Turquie. Pensez donc: il s'agissait alors de culpabiliser les opinions occidentales pour les contraindre d'accepter les vagues de clandestins.n


Certains sont même allés jusqu’à en prévenir les parents Folley afin qu’ils prennent position contre Marine Le Pen et « exigent » le retrait des photos en question. Cela fait naturellement partie du montage. Et ce matin, on peut voir « l’affaire » s’étaler à longueur d’articles dans tous les médias et tourner en boucle sur « les chaînes d’information permanente ».

Tous ceux qui se drapent dans les oripeaux de la bien-pensance y vont de leur couplet nauséabond. Rien n’est assez dur pour fustiger le comportement qualifié d’« indigne et monstrueux » de Marine Le Pen. Le tweet est devenu plus important médiatiquement que la décapitation elle-même. Comme s’il était plus grave de diffuser ces photos que d’avoir assassiné le journaliste ! Selon eux, le monstre, ce n’est donc pas l’EI, c’est Marine Le Pen. Et les Français ne doivent surtout pas connaître le sort qui les attend s’ils tombent entre les mains de leurs ennemis. Tout doit être occulté. La seule crainte obligatoire est celle de ne pas se conformer au « politiquement correct », la nouvelle religion des « collabos » !

Se joignant « courageusement » à l’hallali, Cazeneuve, qui fait accessoirement office de « ministre de l’Intérieur », a indiqué qu’une enquête préliminaire était ouverte par le Parquet de Nanterre « pour diffusion d’images violentes ». Quel homme !... Celui-là n’a vraiment rien d’autre à faire que d’encombrer la Police et la Justice qui ont pourtant d’autres chats à fouetter.

Sur BFMTV, une des « consciences » de la chaîne, Apolline de Malherbe, s’interroge : « Mais pourquoi tant de haine ?...». Ah bon !... parce que ce n’est pas bien d’haïr l’État islamique ?...n