lundi 30 novembre 2015

Desmond Tutu: un échec de la COP21 entraînerait de graves «crises économiques et migratoires»


Q
ue sortira-t-il de cette fameuse COP21 ?... Beaucoup d’observateurs s’accordent à dire : « Pas grand-chose ! ». Nous le saurons le 11 décembre. En attendant, tout se passe comme si un « accord insuffisant » allait entrainer un scénario-catastrophe : fonte des calottes glaciaires et des glaciers… montée des eaux… littoraux submergés… déplacements de populations… « réfugiés climatiques »… Ah, nous y voilà !
En fait, on voudrait préparer les populations européennes à de nouvelles vagues migratoires, sous l’appellation de « réfugiés climatiques » cette fois, qu’on ne s’y prendrait pas autrement. L’excuse est déjà toute trouvée.n


« Échouer à prendre le taureau par les cornes enverra un message direct de mépris aux nations et aux peuples plus pauvres, qui ne peuvent assumer les coûts afin de réduire l'impact de la hausse des températures. Cela va provoquer des crises économiques et migratoires sans précédent, en aggravant de façon dramatique l'insécurité mondiale  », a estimé Desmond Tutu dans un communiqué, à la veille d'un sommet historique réunissant 150 chefs d'État et de gouvernement au Bourget.

Les 195 pays participants à la Conférence doivent sceller le 11 décembre un accord mondial pour limiter le réchauffement à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle. Selon certains scientifiques, une hausse de la température au-delà de cette limite entraînerait une aggravation des dérèglements déjà constatés (montée des eaux, fonte des glaciers, disparition d'espèces...).

« La COP21 ne parle pas que du temps, c'est une occasion unique pour les dirigeants du monde de s'attaquer aux inégalités mondiales, sinon cela voudra simplement dire que les droits de certains membres de la famille humaine sont plus importants que d'autres… », a-t-il ajouté.

Alors, en route pour la « Déclaration universelle des droits climatiques de l’Homme » ?... Un énième garde-fou du « nouvel ordre mondial ».n