mercredi 4 février 2015

À l’UMP, on aime bien Nini peau d’chien – par Marc NOÉ


A
près 2 heures 30 de « débat équilibré », le bureau politique de l’UMP a finalement pris « sa décision » quant à l’attitude à tenir dans le 2ème tour de la législative partielle du Doubs : « Et vas-y ni-ni !». Diable quel volontarisme !…
Une position peu claire qui montre une nouvelle fois dans quel état d’errance se trouve l’état-major de cette formation dans les moments qui imposent de faire passer l’intérêt général avant toute autre considération. Les militants et les électeurs apprécieront.n

Déjà, Alain Juppé et NKM s’étaient dévoilés en annonçant qu’ils étaient carrément favorables à un vote pour le candidat PS. Là, au moins, les choses sont claires : ces deux-là préfèrent leurs amis socialistes.

Pour sa part, la veille, Henri Guaino avait déclaré que « voter socialiste serait une folie. » De la lucidité pour ce souverainiste dont on se demande toutefois ce qu’il fait dans une formation européiste telle que l’UMP.

Enfin Nicolas Sarkozy, lui, était arrivé à la réunion du bureau politique avec un projet de texte appelant à faire clairement barrage au FN soit par abstention ou vote blanc soit en votant socialiste. Pour lui, le FN est désormais devenu l’ennemi principal avant le PS pour lequel il ne rechignerait pas de voter. Là aussi, les choses sont claires.
Les déclarations de l'ex-chef de l'État avaient déjà provoqué un gros tumulte lors de la réunion du groupe UMP à l'Assemblée nationale. « C'est la réunion de groupe la plus dure à laquelle j'ai jamais assisté », a même commenté un ancien ministre pour qui « la position de Sarkozy n'est pas tenable car elle revient à dire ‘‘votez PS’’ ».

Mais c’était sans compter sur l’opposition de Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand, Bruno Le Maire, Luc Chatel et Hervé Mariton qui souhaitaient visiblement que le FN et le PS restent tous deux leurs adversaires en titre. François Fillon, tenant lui aussi du « ni-ni », était absent.
C’est donc leur texte qui l'a emporté de justesse par 22 voix contre 19 à celui de Nicolas Sarkozy.
Sentant le vent tourné, Sarkozy n’a pas pris part au vote et a hypocritement présenté lui-même les deux textes. Une manière comme une autre d’être toujours du côté du manche… Quand on ne maîtrise pas les évènements, il faut faire comme si on en était l’instigateur. « Elle est pas belle, la vie ! »

Dans un communiqué, l'UMP a donc appelé « tous ceux qui se reconnaissent dans ses valeurs à exprimer leur double opposition en votant blanc ou en s'abstenant », ce qui équivaut de fait bel et bien au « ni-ni » défendu par ce parti depuis 2011.
Cette formation n’en a décidément pas fini avec les atermoiements de toutes sortes. Un coup je te vois, un coup je ne te vois pas…

À l’UMP, on aime bien « Nini peau d’chien ».

Selon un sondage Ifop-Figaro-LCI, 67 % des « sympathisants » UMP pencheraient pour le « ni-ni », tandis que 19 % souhaiteraient voter PS et 14 % choisiraient le FN. On sait comment sont faits les sondages où la réponse est bien souvent incluse dans la question. Alors, nous verrons bien dimanche prochain.

En conclusion, il faut donc retenir que le retour de Sarkozy n'aura pas empêché les progrès du FN (plus de 9 points) et qu'il n'arrive pas non plus à faire parler l’UMP d'une seule voix.
Pour sa part et ne boudant pas son plaisir, Florian Philippot  a résumé la situation en ces termes : « C'est le grand capharnaüm à l'UMP. Nicolas Sarkozy n'a décidément aucune autorité ».

Le malheur des uns fait le bonheur des autres, parait-il. Alors, FPI-le Gaulois souhaite « Bonne Chance » à Sophie Montel.n

« Nini peau d’chien » - par PATACHOU
video