vendredi 9 janvier 2015

Je suis Charlie… nous sommes tous Charlie… mais vous avez tué Charlie – par NOBELINE


O
ui, vous n’avez pas seulement tué Charlie, vous avez tué la Liberté de tous les Français.
Et, pour cela, vous tous, les politiques, vous vous êtes accordés à droite et à gauche et à l’extrême gauche et au centre et jusqu’aux dangereux écologistes, vous vous êtes ligués pour nous voler notre Liberté. La Liberté de parler, de penser. La Liberté de vivre, tout simplement.
Oui, aujourd’hui, les Français vous accusent de les avoir tués à petit feu depuis, au moins, quatre décennies.¢

Ils vous accusent d’avoir armé le bras de ces terroristes avec lesquels vous êtes si conciliants et, en même temps, si obséquieux. Au point d’accepter toutes leurs revendications qui font d’eux des Français privilégiés au détriment des Français de souche européenne et non musulmane.

Quand je dis que vous avez tout accepté d’eux cela veut dire que vous nous avez interdit de faire et d’être tout ce qui ne leur convenait pas.

Vous leur avez accordé tant d’importance, depuis plus de quarante ans, qu’il est malhonnête de vous étonner, aujourd’hui, des crimes par lesquels ils vous remercient, comme celui d’hier, à Paris, dans les bureaux de Charlie Hebdo.

Car tout ce qui arrive aujourd’hui est essentiellement de votre faute.

Vous avez été aveuglés et vous avez volontairement aveuglé les Français de souche. Et ceux qui voyaient encore et le disaient, vous les avez condamnés -au propre et au figuré- pour qu’ils cessent de reconnaitre qu’ils  voyaient. Pendant que nous avions ces difficultés à exprimer notre clairvoyance, ils ont pris les commandes de cette France qu’ils convoitent depuis la fin de la guerre d’Algérie.

Et ça aussi, vous le saviez ! Parce que nous vous avions prévenus.
Mais vous avez préféré condamner à mort ou embastiller ceux qui voulaient vous avertir des dangers que courait la France.

Oui, politiques français, vous êtes tous responsables. Entièrement responsables.

Il vous reste très peu de temps pour inverser la situation et nous faire gagner cette guerre (au demeurant pas si sainte que ça) qu’ils nous ont déclarée et à laquelle vous offrez NOS flancs. Les nôtres, bien sûr, pas les vôtres, bien gardés au chaud de vos maroquins à l’abri de vos demeures douillettes, excessivement gardées.

Rétablissez l’ordre. Rétablissez nos libertés. Rétablissez toutes ces libertés que vous nous avez ôtées au fil des ans au profit des us et coutumes mahométanes. Laissez-nous vivre notre culture comme nous le faisions avant l’avènement de l’islamisme radical qui vous dicte sa loi. Et à laquelle sont soumis ou vont être soumis tous les musulmans de France si vous persistez dans votre aveuglement.
Car, ceux que vous nommez  modérés, existent vraiment. Ils sont très peu nombreux mais ils ont peur, eux aussi, de cet islam barbare. Ceux-là, ne seront plus modérés d’ici peu. Ils auront subi la loi de la soumission ou le cercueil. Et croyez-vous qu’ils choisiront le cercueil ? Ce sera de votre faute.

Inversez cette situation.

Rétablissez les contrôles aux frontières. Refusez l’immigration de masse comme elle nous est imposée aujourd’hui par la caste bruxelloise.

Et posez-vous cette question : « Que sont devenus ces balseros, ces haraga qui mettaient leur vie en danger pour fuir, dans des coquilles de noix, la misère dans leur pays ? »

Aujourd’hui, ceux qui les remplacent arrivent en cargo ou en ferry. Par quel miracle, dites-moi, ces gens si pauvres et malheureux ont trouvé les moyens de se payer une croisière vers l’Europe ?

Parce qu’ils sont envoyés par ceux qui dirigent leurs pays moyen-orientaux d’origine pour envahir le continent européen. Cela vous avait été annoncé dès le début des années 1960. Ne dites surtout pas que vous ne le saviez pas.

Inversez cette situation.

En vous rappelant, surtout,  que la majorité des Français n’est pas musulmane. Ils sont Chrétiens, Juifs et athées, bouddhistes ou hindouistes ou que sais-je, encore. Mais je veux bien que nous soyons tous Français.

Des Français à qui les mots Liberté, Egalite, Fraternité, Ordre, République, Démocratie, Devoir citoyen, ont été enseignés depuis leur plus jeune âge.
Des mots qui n’ont plus de sens, aujourd’hui,  par votre volonté de faire de la France un pays soumis au califat.

E Je ne pleurerai pas les victimes de Charlie hebdo. On ne pleure pas les vrais Patriotes morts au combat. On les vénère parce qu’on est fier de leur courage. Et on enseigne à notre descendance, leurs actes de bravoure dans la Résistance à l’islam pour que, à jamais, ils soient le seul exemple à suivre.¢