jeudi 26 septembre 2013

Éric Doligé, sénateur UMP a des envies de meurtre sur Hollande et sa bande


Eric Doligé, un vrai Sénateur en accord avec les Français...
«M
oi, je dois vous dire que j'ai un instinct meurtrier en ce moment. Je suis comme la plupart des citoyens, moi je ne supporte plus Hollande et sa bande !» Telle est la drôle de confession du sénateur UMP du Loiret Éric Doligé, mardi, lors de la journée parlementaire UMP (écoutez les bandes-son en fin d'article).
Poursuivant sur sa lancée, l'élu a également donné sa recette pour resserrer les rangs du parti de droite.
«Il faudrait qu’on évite de se tirer dessus entre nous et qu’on fasse tout pour tirer plutôt... enfin moi j’ai une liste de gens que je peux vous donner, sur qui il faut tirer, hein. Il y en a une quarantaine, c’est tous ceux du gouvernement.» Rires dans la salle et réponse du sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin : «Je peux donner les Kalachnikov !»¢

La scène, qui s'est déroulée à l'Assemblée nationale, a été enregistrée et des extraits ont été publiés sur le site du Lab Europe 1. Des élus socialistes se sont aussitôt indignés et ont réclamé l’exclusion de l’UMP des deux sénateurs.

LE PS S’OFFUSQUE… « PÔV CHOU » !

De leur côté, les pieds nickelés du PS n’ont pas tardé à jouer les vierges effarouchées. Dans un communiqué, le courant socialiste de la Gauche forte, animé par le député Yann Galut et la sénatrice Patricia Schillinger «condamne avec la plus grande fermeté de tels propos qui confirment la tendance de l'UMP à adopter les discours les plus anti-républicains.

Non seulement ces propos sont un appel à la violence, mais ils révèlent l'irresponsabilité d'élus, représentant le peuple, et qui devraient normalement accepter le jeu démocratique». «Les Français ont élu François Hollande Président de la République, les parlementaires UMP se doivent de respecter ce choix (...) Les élus républicains, dans l'opposition ou non, se doivent de respecter les institutions garantes de leur propre légitimité.

La Gauche forte attend de la part de l'UMP une réponse ferme et proportionnée à la gravité de la situation qui doit être l'exclusion d'Éric Doligé et de Jean-Claude Gaudin du parti», conclut le communiqué.RIEN QUE ÇA !¢
Avec Le Parisien