lundi 23 septembre 2013

Écolos : après les Gardes rouges, les Gardes verts, par Philippe RANDA


L
a transition énergétique est en route et les écologistes sont contents. Après les annonces de François Hollande : « Le cap est donné. » Les Verts vont donc conserver leurs ministères et les socialistes leurs alliés…
Philippe Randa
Certes, ce sont les affaires de la gauche et sa tambouille politique interne. Certains se réjouissent, finalement, que les socialistes soient désormais alliés aux écolos, certes un peu foufous, souvent franchement grotesques, mais assurément moins dangereux pour nos libertés, croient-ils, que les communistes qui ne sont plus que l’ombre de leur ombre. Voire…
C’est compter sans le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) auquel se réfèrent l’immense majorité des médias pour déformer, si ce n’est pour reformater, ce qu’il convient de savoir et de penser sur l’état de la planète. Et gare à ceux qui s’avisent de contredire les oukases de celui-ci. Interdits de parole dans les débats – les représentants du GIEC refusent quasi systématiquement d’y participer s’il y a des contradicteurs –, tous les scientifiques qui réfutent les thèses manichéennes sur le réchauffement climatique sont systématiquement dénigrés, disqualifiés de manière quasi diffamatoire et cloués au pilori.¢


« Concernant les rapports du GIEC, la presse ne juge pas utile d’adopter une posture critique comme elle le fait habituellement quand elle présente les conclusions d’une institution. Les médias européens […] ne font pas preuve de recul critique, mais ils ont ouvertement pris parti dans cette controverse et parlent de cette théorie comme d’une évidence incontestable, adoptant ainsi cette idée qu’en la matière “the science is settled” (la science est catégorique) et “the debate is over” (le débat est clos). Les thèses qui nuancent, relativisent, interrogent, contestent ou s’opposent, même partiellement, aux thèses du GIEC sont d’emblée disqualifiées sans même faire l’objet d’une présentation neutre », écrit le quotidien de l’Agence économique et financière à Genève, L’AGEFI.

Quant aux conflits d’intérêt – de Rajendra Pachauri (président du GIEC et ancien directeur, entre autres, de l’Indian Oil Corporation) à Al Gore (cofondateur d’un hedge fund londonien qui gagne des sommes importantes sur le marché des émissions de carbone) –, ils ne sont jamais mis en avant. En revanche, tournent en boucle les innombrables photos truquées, notamment des ours polaires censés être en voie de disparition, mais dont le nombre ne décline pas, au contraire : sur 19 espèces, 17 sont en augmentation ou à des niveaux optimaux et deux ont diminué modestement, si l’on en croit le Dr Mitchell Taylor qui n’est QUE l’un des plus grands experts mondiaux des ours polaires.

Mais il y a heureusement des limites à la désinformation. Un collectif dirigé par le professeur István Markó s’est attelé à la tâche : il analyse dans un livre fort instructif (Climat : 15 vérités qui dérangent, Éditions Texquis) la nature du GIEC et son influence dans le débat sur le rôle de l’homme dans les évolutions climatiques.

Un livre qui ne dérangera probablement pas ceux s’obstinant à s’informer dans les seules colonnes de la Pravdavert-de-rouge…¢
© Philippe Randa est écrivain, chroniqueur politique et éditeur (www.francephi.com)
Posté par Marino