mercredi 17 juillet 2013

Information judiciaire contre Thomas Fabius

L
’information n’a officiellement percée que ce mardi 16 juillet : le parquet de Paris a ouvert une enquête, à la fin du mois de juin, pour « faux », « escroquerie » et « blanchiment d'argent » visant Thomas Fabius. Bien difficile tout de même de maintenir éternellement le « black-out » sur une telle affaire !
La justice s'intéresse en effet aux différents flux financiers autour du fils aîné de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères. Au cœur des interrogations de la justice, l'acquisition en 2012 d'un appartement parisien d'une valeur de 7 millions d'euros, soit un million d'euros de plus que le patrimoine déclaré par son père Laurent Fabius. C’est beaucoup surtout quand on n’est pas imposable sur le revenu comme l’est Thomas Fabius.¢


L'alerte a été donnée par la cellule de renseignement Tracfin. Fin avril, l'hebdomadaire « Le Point » révélait que ce logement de 285 mètres carrés, situé boulevard Saint-Germain, à Paris, avait été acquis à un prix de plus de 24 000 euros du mètre carré, soit un prix supérieur au prix du marché moyen dans ce quartier très huppé de la capitale.

L'enquête, confiée aux juges d'instruction René Cros et Roger Le Loire, devra donc éclaircir les conditions d'acquisition de ce bien de prestige.

Une acquisition normale, précise Cyril Bonan, l'avocat de Thomas Fabius, car financée pour partie par un apport personnel et pour partie part un emprunt bancaire.

Reste que Thomas Fabius traîne une sulfureuse réputation. Aujourd'hui interdit de Casino, le fils aîné de l'ex-Premier ministre socialiste a longtemps flambé aux tables de poker, notamment à Monaco. D'ailleurs, il aurait expliqué à l'agent immobilier, lors de l'achat de l’appartement, disposer de fonds en partie gagnés au jeu.¢
Avec RFI