vendredi 5 juillet 2013

Delphine Batho accuse le gouvernement d'obéir à «certaines puissances économiques»

A
près son limogeage, Delphine Batho, ex-ministre de l’Écologie, ne s'est pas contentée de justifier sa critique du budget. Lors d'une conférence de presse à l'Assemblée Nationale, elle a contre-attaqué et pris pour cible Jean-Marc Ayrault.
Delphine Batho ne veut pas passer pour une victime mais il y a quand même dans son discours des traces d'amertume. L'amertume d'avoir été sacrifiée par un Premier ministre qu'elle juge soumis aux pressions de certains industriels qui critiquaient son action au ministère de l'Écologie. Elle dénonce ainsi les « forces » liées au gaz de schiste et au nucléaire. D'ailleurs, elle cite nommément Philippe Crouzet, patron de l’entreprise Vallourec par ailleurs époux de la directrice de cabinet de François Hollande, qui l'avait depuis longtemps dans son viseur. Encore une belle collusion « Pouvoir-Fric-Lobby » pour un « président » qui dit ne pas aimer les riches !¢


« Est-il normal que le patron de l’entreprise Vallourec, directement intéressé par l’exploitation des gaz de schiste, ait pu annoncer ma marginalisation des semaines à l’avance ? De quelles informations disposait-il ? », s'interroge l'ancienne ministre.

Delphine Batho lâche ses coups et met aussi en cause le fonctionnement du gouvernement sous la houlette de Jean-Marc Ayrault : « Le Premier ministre, cette année, a décidé de changer de méthodes, en faisant les arbitrages sans discussion directe avec les ministres concernés. Mon éviction est aussi un message à mes ex-collègues pour leur dire que c’est fini, la collégialité au sein du gouvernement. »

Elle attaque aussi les choix politiques de l'exécutif et affirme : « Ce que je n’accepte pas c’est le tournant de la rigueur qui ne dit pas son nom et qui prépare la marche au pouvoir de l’extrême droite dans notre pays. » Nous y voilà encore : ce n’est donc pas l’intérêt national qui la guide…

Limogée, Delphine Batho a visiblement décidé d'entrer en résistance. D'ailleurs, elle a lancé un appel au sursaut de la gauche. Dans l’état où se trouve celle-ci, il ne peut en réalité que s’agir de soubresaut, voire de convulsion !

Les réactions aux propos de la ministre limogée n'ont pas tardé. L'éviction du gouvernement de Delphine Batho est « uniquement liée à ses déclarations sur son budget qu'elle a jugé mauvais», a-t-on affirmé jeudi dans l'entourage du Premier ministre.¢
Avec RFI