jeudi 6 juin 2013

Un militant d'extrême-gauche en état de mort cérébrale

H
ier soir, une bagarre entre trois jeunes skinheads et quatre militants d'extrême-gauche à Paris a dégénéré: un gauchiste est actuellement en état de mort cérébrale.
Selon une source policière, la victime assistait avec trois autres camarades à une vente de vêtements privée organisée mercredi rue Caumartin (IXe arrondissement). Trois jeunes gens de type skinhead, dont une femme, sont arrivés dans les lieux et il y a eu invectives, bousculades et échanges de mots entre ces deux groupes de jeunes, selon les premiers éléments de l'enquête confiée au premier district de police judiciaire (DPJ) se basant pour l'heure sur de nombreux témoignages directs. La victime, Clément, « a été frappée par l'un des skins qui avait un poing américain et a chuté sur la chaussée en heurtant un plot au passage ».¢


E Dès lors, des questions simples se posent : l’agression était-elle réellement d’ordre politique et, si oui, comment les skinheads ont-ils pu connaître les opinions des quatre autres ?... Connaissons-nous les opinions politiques des gens que nous croisons dans la rue et comment pourrions-nous les connaître à moins qu’ils n’en fassent état ?... Les skinheads sont-ils eux-mêmes à l’origine de la bagarre ou bien est-ce l’inverse ?... À l’enquête de le déterminer.

La Police enquête actuellement pour savoir réellement qui sont les coupables et les retrouver.

Mais le fait de ne pas connaître les coupables et de pas les avoir encore retrouvés n’empêche pas la gauche de se lâcher bêtement sur ses marottes habituelles. Pour elle, la «cause» est déjà entendue. Le syndrome de Carpentras est encore bien actif !

« L'horreur fasciste vient de tuer en plein Paris », affirme un communiqué du Parti de Gauche.

« Il faut que les forces de police agissent dans les plus brefs délais pour retrouver les responsables de ce crime odieux et que les groupes d'extrême droite qui multiplient les actes de violence à Paris et à travers le pays depuis plusieurs semaine soient dissouts », surenchérit Mélenchon.

« J'apprends avec horreur l'agression mortelle perpétrée par des militants d'extrême-droite dont a été victime un jeune militant aux abords de la gare Saint Lazare ce soir », s’émeut le maire de Paris, Bertrand Delanoë.

« Nous appelons une nouvelle fois, plus fermement que jamais, à la dissolution des groupuscules d'extrême-droite qui cultivent la haine et la violence menant, on le voit, à la mort d'un homme », martèlent les « Jeunes socialistes ».

De son côté, SOS Racisme a exprimé son « émotion » et également demandé la dissolution "sans délai" du groupe JNR (Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires) si l'implication de ce dernier était confirmée.

Parmi les autres réactions, le milliardaire gay Pierre Bergé, qui déclarait récemment dans un tweet ne pas être touché si une bombe explosait au milieu de la Manif Pour Tous, a appelé dans un autre tweet à « se mobiliser derrière Clément assassiné, faire descendre un million de personnes dans la rue, dire notre indignation et notre colère ». Gonflé, non ?...¢