mardi 11 juin 2013

Les Dieux ont soif, par Alexis Arette

L
e titre d’un roman d’Anatole France… mais il pourrait illustrer ce que fut toujours le gauchisme, cette frange qui, furieuse de voir le socialisme échouer en tout,  ne voyait comme solution de rechange, que la suppression physique des adversaires : « Du passé faisons table rase » !
Il pourrait aussi illustrer les manifestations après la mort de l’extrémiste Clément Méric tombé dans une bagarre, comme il en est souvent entres divers jeunes excités. Mais pourquoi aujourd’hui cette mobilisation face à ce qui n’est qu’un « fait divers » de notre société ?
C’est que les tenants du laïcisme au pouvoir, malgré le contrôle des médias et les gigantesques appareils de pression et de désinformation, n’ont pu dissimuler l’énorme mobilisation d’une chrétienté que l’on croyait morte, face à la profanation du mariage.¢

Et si toute motivation politicienne a su faire silence, au cours des énormes rassemblements, il n’en est pas moins vrai, que ceux-ci portent en gestation la nécessité de promouvoir le combat sur le plan politique, et, il faut bien le dire, à l’encontre de la fameuse « alternance »
de tradition républicaine, qui n’a jamais été qu’un partage de l’« assiette au beurre » !

Un exemple parmi tant d’autres: On vient d’apprendre qu’un agent du fisc de Haute-Garonne, Rémy Garnier, avait dénoncé dès 2008, les opérations financières litigieuses de Monsieur Cahuzac. Que fit le gouvernement de la fausse droite ? Par l’autorité d’Éric Woerth son supérieur, il sanctionna le fonctionnaire intègre ! La complicité de la crapule est un des atouts de « l’ordre républicain ». Et c’est presque miracle si, aujourd’hui, Monsieur Woerth a quelques ennuis avec la justice…

Mais le danger à l’encontre de la réaction Chrétienne, ne vient pas seulement de la crapule politique, qu’une énorme majorité désavoue, même pas du monstrueux Pierre Berger, dont le visage comme défoncé par le vice semble une insulte à la figure humaine, le danger pire vient d’un clergé qui l’autorisa a prononcer l’éloge de son « giton » en l’Église de St Germain l’Auxerrois !

Il est à craindre que ce soit ce même clergé qui, dans le Conseil « Famille et Société » de la conférence des Évêques de France », vient, en condamnant l’homophobie, de laisser croire qu’elle était présente dans les manifestations. La soumission à la loi contre nature de l’État est recommandée en ces termes : « C’est une preuve de maturité démocratique que d’accepter sans violence que son propre point de vue ne soit pas retenu ! »

Et le texte traitant ensuite « d’Expériences » les aventures homosexuelles, assure qu’elles ne sont pas dévalorisées par les rapports charnels ! On en vient à se demander si certains prélats ne justifient pas ainsi leurs propres « expériences »!

La soumission à l’État antichrétien avait déjà été recommandée par Monseigneur Podvin porte-parole des évêques de France, en ces termes : « La signification religieuse, nous y sommes attachés. MAIS le respect de la diversité c’est certainement une source de paix de la société ! ». Bref, ce que l’Église nommait le péché « contre nature », ne l’est plus : c’est une diversité qui doit inspirer le respect.

Ce qui est certain, c’est que depuis des temps très anciens, nous sommes prévenus de cette crise de l’Église qui verra les évêques se dresser contre les évêques et contre le pape.

L’immense Padré Pio, si longtemps persécuté par ses supérieurs religieux n’a pas hésité à dire : «  Combien de nos malheureux frères dans le sacerdoce, répondent à l’amour du Christ en se jetant à bras ouverts dans l’infâme secte des francs-maçons ! ».

Les « dieux qui ont soif » peuvent compter sur un certain épiscopat qui leur conseillera de se soumettre. Reste à savoir si le Peuple chrétien ne recevra pas d’autres instructions de Saint Michel.¢