vendredi 7 juin 2013

Je suis écœuré, par Alain de Montere

J
e viens de m’imposer un marathon zapping (ce mot aussi, employé à dessein, me donne la nausée) afin d’ouïr, sinon « entendre », la glose abondante – et glaireuse - des diverses chaînes de télé, à la botte du gouvernement socialo-gaucho, dont toutes,  grouillantes de journaleux-phagocytes affamés de mal-pensants pathogènes de l’Éden «  Internationale Socialiste », ont fustigé l’agression (létale) du « pauvre » gentil garçon d’extrême-gauche qui, cette fois, a eu le malheur de perdre dans l’un de ces pugilats contre lesquels la police politique de Valls est - par ordre peut-être -, impuissante.
Moins facile -n’est-ce-pas?- d’aller matraquer des « loulous » résolus que des familles manifestant – hélas de façon bonne enfant – dans les artères « surenfliquées » de la capitale !
Et si, d’aventure, cela avait été l’un de ces « maudits » extrémistes de droite, l’un de ces skin… ( vous voudrez m’excuser de ne savoir écrire ce mot que tous vous devinez) abhorrés des gauches, l’un de ces criminels néo-nazis, l’un de ces salopards, en un mot, qui OSENT, ne pas se prosterner le cul en l’air devant Mélanchon – où l’autre crétin de service du tri postal qui semble retrouver la faculté de baver -, pour leur lécher les babouches ?¢



OUI, SI CELA AVAIT ETE UN SALE FUMIER D’EXTREME DROITE ASSASSINE PAR DES EXTREMISTES DE GAUCHE ?

Qu’auriez-vous dit, Mesdames et Messieurs les élus en place, ou qui l’avez été, ou qui êtes PRÊTS À TOUT, MEME AU PIRE, pour vous accaparer le pouvoir ?

Qu’auriez-vous dit, vous tous des médias, lâches imitateurs de ces beni-oui-oui à qui nous sommes redevables du désastre de 1940 ? (Je ne cite que celui-là, qui a le mérite d’être connu du plus grand nombre)…

Certes, on peut être pamphlétaire, et n’en pas faire l’apologie de la violence – moins encore du crime pour autant !

Je souhaiterais seulement que les médias, télévisuels surtout qui ont un tel impact sur la société, sachent objectivité et mieux encore raison garder, et pour ce faire SE GARDER d’amalgames conscients ou non.

Mais, honnêtement, peut-on croire aujourd’hui que des journalistes, à plus de quatre-vingt-dix pour cent issus du second du cycle et du troisième pour quantité d’entre eux ne mesurent pas la portée de leur propos ? Allons donc !

Je me dois toutefois de reconnaître que madame Elkrief, sur BMFTV, a fait montre, concernant cette affaire qui, opposant les extrémistes dans la violence meurtrière - fut-ce par accident -, la terrifie, d’une relative objectivité concernant l’incrimination, par certain de ces confrères, du FN.

Dans le concert des appels politico-médiatiques au pogrom contre ce parti, il fallait noter ce certain courage de cette personne… qui, ce me semble, ne peut être suspectée de collusion idéologique.

Vous êtes radicalement à gauche Mesdames et Messieurs, pour l’immense majorité d’entre vous ?... Grand bien vous fasse !

Juste une hypothèse : et si jamais Marine Le Pen se voit bientôt élire Présidente de la République Française, combien d’entre vous, comme aux lendemains du tragique été 1940, vont retourner leur réversible casaque ?

Avez-vous la moindre idée du nombre de Français qui vous méprisent ?¢