mardi 11 juin 2013

Émeutes et pillage du Trocadéro: les commerçants réclament un million d'euros

P
ropriétaires et gérants des commerces autour de la place du Trocadéro, qui déplorent un préjudice d'un million d'euros après les violences du 13 mai en marge du sacre du PSG, ont exprimé récemment leur colère et interpellé les pouvoirs publics sur la nécessité d'un dédommagement rapide.
« Il y en a pour un million d'euros de dégâts pour l'ensemble des commerçants », a précisé le propriétaire du Café Kléber, Jean-Pierre Reveyrolle, lors d'une conférence de presse réunissant une dizaine de professionnels, en présence de représentants de la mairie du XVIe arrondissement.¢

M. Reveyrolle, qui déplore « 80.000 euros de préjudice après l'attaque des casseurs », a créé l'Association des commerçants du Trocadéro (ACT), regroupant 50 commerçants et autres professionnels du tourisme dans le secteur. Il s'agit de « défendre les intérêts des personnes sinistrées et surtout de faire en sorte que ça ne se reproduise plus », a-t-il expliqué.

Pour l'instant, les démarches auprès des assureurs n'ont pas abouti. Les commerces attendent le passage des experts, sauf pour l'un d'entre eux, dont les travaux ont été financés par son assureur.

Ils demandent que les dommages non couverts par les assurances soient pris en charge par l'État.

« On les accompagne, la chambre de commerce et d'industrie a été sollicitée, elle est venue pour aider à remplir certaines démarches et le maire va présenter un vœu au conseil de Paris pour qu'ils obtiennent le dédommagement total de leur préjudice », a assuré Dominique Rousseau, adjointe au maire du XVIe arrondissement chargée du commerce.

Près d'un mois après la fête gâchée du PSG, les commerçants restent marqués par ces émeutes qui avaient également fait 30 blessés, dont trois membres des forces de l'ordre.

« Le 14 juillet ou le 31 décembre, il y a toujours un bris de glace, on fait une déclaration aux assurances, on en reste là. Mais quelque chose de cette ampleur, c'est du jamais vu », a raconté Marina Gherber, représentante des riverains de la place du Trocadéro, décrivant "une ambiance surréaliste, une sorte de guerre civile".

« Ce qui est dingue, c'est que les réseaux sociaux avaient été inondés de messages. Ils disaient venir mettre du bordel, mais personne n'en a pris conscience. On n'en serait pas arrivés là! » a ajouté Carla Morri, gérante d'une boutique de produits de luxe à deux pas de la place.¢
Avec AFP