vendredi 10 mai 2013

L’épopée des Vikings en Bretagne

S
ous l’intitulé de « La Bretagne, les Vikings et la Bande dessinée, mythes et réalités » les expositions temporaires du musée de l’ancienne abbaye de Landévennec mettent à l’honneur un épisode majeur et souvent méconnu de son histoire : celui de son incendie par les Vikings, en 913, qui provoqua le départ et l’exil des moines. (Exposition du 27 avril au 15 septembre 2013)
Dans le cadre du onzième centenaire de la destruction de l’abbaye, il devenait indispensable de faire la part du mythe et de la réalité.
Le musée a souhaité revenir sur la construction de cette image terrifiante qui naît au Moyen Age dans les chroniques monastiques et resurgit, encore aujourd’hui, dans la bande dessinée. Pirates ayant marqué durablement l’esprit, les Vikings n’ont-ils pas été autant explorateurs et marchands que conquérants ?¢


De là est né le projet d’exposition «  La Bretagne, les Vikings et la Bande dessinée, mythes et réalités  ». Le commissariat a été confié à deux grands spécialistes des arts graphiques, Pierre-Marie Jamet, directeur de la Galerie Oblique (Paris) et Florian Rubis, journaliste spécialisé et ancien collaborateur d’Hugo Pratt.

AU-DELÀ DU MYTHE

Conçue pour satisfaire la curiosité des petits comme des grands, l’exposition invite à prendre toute la mesure de la richesse du thème viking dans la production graphique mondiale en visitant notamment la bédé franco-belge, les comics anglophones et les mangas japonais.
Des œuvres originales d’Harold Foster (Prince Valiant, 1960 - planches originales très rarement exposées), d’Alex Alice (Siegfried), Marc Védrines (La Saga des Brumes), Gwendal Lemercier (Durandal) y seront mises en regard des connaissances actuelles sur la civilisation viking et sur les origines du mythe qui entoure ces aventuriers scandinaves.

L’ANCIENNE ABBAYE DE LANDÉVENNEC

Les vestiges de l’ancienne abbaye se dressent en bord de mer, dans un site remarquable. Fondé à la fin du Vème siècle par saint Guénolé, c’est un des plus anciens établissements monastiques européens. Au cours de sa longue histoire, le monastère sera sept fois reconstruit puis il disparaîtra à la Révolution. Il renaîtra en 1950, grâce à l’installation d’une communauté bénédictine à proximité du berceau originel.

UN SITE ARCHÉOLOGIQUE

Depuis 1978, le site de l’ancienne abbaye est fouillé. Cette longévité des campagnes de fouilles est due au contexte historique et archéologique du site. En effet, le site de Landévennec a la particularité jusqu’à présent unique en France de conserver les vestiges tangibles d’une abbaye d’époque carolingienne comprenant église et bâtiments conventuels.

LE MUSÉE

Le musée couvert a été conçu en lien avec le site archéologique. Il constitue en effet un musée de site, originellement pensé pour que l’exposition permanente évolue en fonction des découvertes et avancées archéologiques. Aujourd’hui, l’action culturelle du musée lui assure un rayonnement régional avec chaque année près de 20 000 visiteurs.

LE JARDIN DES SIMPLES

Il a été rétabli d’après les découvertes archéologiques complétées par le capitulaire de Villis qui dresse la liste des plantes que tout monastère se devait de posséder à l’époque de Charlemagne. Il réunit aujourd’hui une collection d’une centaine de plantes connues aussi bien pour leurs vertus culinaires que thérapeutiques.¢
Patrimoine de France

INFORMATIONS PRATIQUES


« La Bretagne, les Vikings et la Bande dessinée, mythes et réalités »
Du 27 avril au 15 septembre 2013
Musée de l’ancienne abbaye de Landevennec
29 560 Landevennec

02.98.27.35.90