vendredi 10 mai 2013

Ils nous prennent pour des ignares, par Manuel Gomez

N
otre président et son gouvernement affichent un optimisme béat devant la décision de Bruxelles d’accorder à la France un sursis de deux années pour lui permettre d’équilibrer son budget et de le ramener aux 3% prévus.
Grace à cette décision ils nous expliquent avec de belles paroles que dorénavant tout va aller de mieux en mieux, qu’il suffit de patienter. Mais pour qui nous prennent-ils ? De gaulle comparait les Français à des veaux. Hollande, Ayrault et ses ministres nous prennent pour des sots.¢

Et je suis extrêmement surpris que François Lenglet apprécie ce cadeau empoisonné. Il sait parfaitement que les dépenses publiques, qui n’étaient pas maîtrisées, le seront encore moins durant ces deux années de sursis dans l’unique objectif de remonter dans les sondages.

Si l’Europe s’est trouvée devant l’obligation de repousser l’échéance de deux années c’est parce qu’elle estime, avec juste raison, que nous sommes dans l’incapacité de réduire notre dette. Bien au contraire, cette dette augmente de 60 à 80 milliards chaque nouvelle année et dépassera les 2000 milliards avant la fin du quinquennat Hollande.

Il est donc certain que nous ne rembourserons jamais cette dette puisque nous ne parvenons même pas à réduire le montant des intérêts sans être devant l’obligation d’emprunter, même à un bas taux.

Ne nous leurrons pas. La croissance ne sera pas au rendez-vous, ni de la France ni de l’Europe, et le chômage restera élevé malgré tous les efforts qui seront tentés.

Si Bruxelles nous aide c’est uniquement parce qu’il est vital pour l’Europe que la France ne rejoigne pas trop vite l’Espagne, l’Italie, et le Portugal (ne parlons plus de la Grèce), car cette situation entraînerait inévitablement l’éclatement de l’Euro… et qu’il faut le sauver à tout prix.

On ne peut que s’étonner devant la bonne santé affichée par les « Bourses » puisque tout va de plus en plus mal. Prenons garde. Les USA et le Japon sont proches de la faillite, l’Europe est en récession, l’Angleterre est bien malade… est-ce qu’il ne s’agirait pas de la rémission qui apparait souvent avant la fin brutale ?

Deux années de plus à accroître notre dette c’est reculer pour mieux sauter. Europe du sud attends-nous… nous arrivons avec un peu de retard.¢