vendredi 17 mai 2013

Hollande va offrir 280 millions d'euros au Mali‏

Et en plus, ça le fait rire !...
U
ne centaine de pays et d'organisations viennent de participer, à Bruxelles, à une conférence destinée à financer le plan de relance du Mali. L’aide qualifiée de « nécessaire » par les participants est estimée à 2 milliards d’euros.
Il a été convenu entre gens « du même milieu » que l'UE donnera 520 millions d'euros. Hollande, toujours large avec l’argent des autres, prévoit d’offrir 280 millions. En regard des restrictions imposées aux Français par l’incompétence de la nomenklatura socialiste, cela s’appelle « se foutre du monde » !¢


François Hollande, au côté du Président de la Commission Européenne Jose Manuel Barroso, a promis une aide financière pour la relance du Mali.
Près de deux milliards d'euros pour le Mali. La communauté internationale s'est engagée ce mercredi à réunir cette somme lors de la conférence Ensemble pour le renouveau du Mali à Bruxelles. En vue de cette réunion, Bamako estimait le coût de son Plan pour la relance durable à 4,34 milliards d'euros. 
François Hollande a promis une aide de 280 millions d'euros. En amont de la réunion, l'Union Européenne avait annoncé un don de 520 millions d'euros. La Banque Mondiale et la Banque islamique devraient mettre respectivement 250 et 130 millions d'euros. Le FMI, l'Organisation de la coopération islamique et d'autres grands pays ont également promis leur aide. 
Douze priorités pour le Mali
La préparation de cette conférence comprenait un plan avec 12 priorités, qui conditionnent le déblocage des sommes, parmi lesquelles figurent le maintien de la paix et l'organisation d'élections. Les autorités maliennes, soutenues notamment par la France, espèrent les mettre en place le 28 juillet. 
L'argent, débloqué pour 2013 et 2014, sera également destiné à des programmes d'éducation, de santé, ou encore des projets de loi anti-corruption. 
La France va lancer un dispositif, avec un site internet, afin de garantir l'efficacité de son aide et d'éviter le détournement ou la mauvaise utilisation des fonds. "Si un projet ne se réalise pas ou est en retard, les gens pourront prévenir par téléphone ou SMS, via une hotline, de ce qui n'a pas encore été fait", a expliqué le ministre au Développement, Pascal Canfin.
De leur côté, les dirigeants maliens ont promis que l'aide serait bien utilisée. Ah bon ?...¢
Avec l’Express (posté par Marino)