lundi 8 avril 2013

Harlem Désir: plus honnête que moi tu meurs

V
endredi dernier, lors d’une réunion avec des militants socialistes, le Secrétaire du PS Harlem Désir s’est déclaré « favorable à un référendum sur la moralisation de la vie politique », parlant de « sursaut démocratique ».
« Moralisation de la vie politique », parlons-en !... De novembre 1986 à octobre 1987, Harlem Désir occupe la présidence de SOS Racisme tout en étant salarié par l'« Association régionale pour la formation et l'éducation des migrants », basée à Lille, en tant que « formateur permanent ». Pour cet emploi fictif, il perçoit un salaire mensuel net de 8 900 francs. Cela lui vaut d'être condamné, le 17 décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d'amende pour recel d'abus de biens sociaux.¢


De plus, ce « grand moralisateur » de la vie politique a également bénéficié d’une amnistie de François Mitterrand concernant une dette de 80 000 francs au Trésor Public, relative à des amendes de stationnement (décision de justice du 9 mai 1992) alors qu'il était président de SOS Racisme.

Alors, souvenons-nous : en 2010, Cahuzac donnait lui aussi des leçons de morale politique (voir l’article du 06 avril 2012)… Voir aussi « Ces élus PS trainés en justice ».¢