vendredi 22 mars 2013

Taubira fait le vide autour d’elle


A
u siège du ministère de la Justice, Place Vendôme, c’est la pagaille et la désertion! Taubira fait le vide autour d’elle. La conseillère des politiques pénales, puis le directeur et le chef de cabinet de Christiane Taubira, sont partis. Le conseiller diplomatique, la directrice des services judiciaires, le directeur des affaires civiles et du Sceau sont sur le point de leur emboiter le pas.
Pour l’instant, le pauvre directeur adjoint de cabinet porte à lui seul le ministère à bout de bras et attend des renforts en regardant sa montre. Plus qu’un malaise, c’est une profonde épidémie qui s’est emparé du ministère ou chacun se plaint de la difficulté à travailler avec Christiane Taubira tout en déplorant que, après dix mois de « Hollandie », le bilan soit particulièrement maigre. Visiblement, beaucoup dans son entourage, en ont assez des marottes de l’indépendantiste guyannaise.¢


Partie la première en janvier, Valérie Sagant. La conseillère des politiques publiques, pénales et de la recherche-évaluation avait été la cheville ouvrière de la conférence de consensus sur la prévention de la récidive. Un projet phare du ministère. Elle a quitté le cabinet principalement à cause d'une vraie difficulté à travailler avec la ministre. Pour l’heure, elle a demandé à rejoindre l'inspection des services judiciaires, et attend la décision du Conseil supérieur de la magistrature. À l’instar de Michel Debacq, le conseiller diplomatique, qui veut rejoindre la Cour de cassation.

Le directeur de cabinet –le « dir-cab »-, Christian Vigouroux, était le poids lourd de l’équipe. Nommé le 14 mars président de la section du rapport et des études au Conseil d'État, il a quitté le ministère dès le lendemain.¢