vendredi 29 mars 2013

Medef : Laurence Parisot perd la bataille de la présidence

L
aurence Parisot a perdu jeudi la bataille de la présidence du Medef, lors d’un conseil exécutif de l’organisation patronale. Elle ne pourra donc pas briguer, en juillet, un troisième mandat comme elle l'espérait.
Après un vote interne très serré, l’instance patronale a en effet rejeté de justesse un projet de réforme statutaire que la "patronne des patrons" voulait soumettre à une assemblée générale extraordinaire le 16 avril. Lors du scrutin à bulletin secret, surveillé par un huissier, 22 membres du conseil ont approuvé le projet de modification des statuts, 22 l'ont rejeté, un a voté blanc. Pour passer, le projet aurait dû recueillir au moins 23 votes pour. "Le Conseil exécutif a décidé de ne pas convoquer l'assemblée générale extraordinaire du 16 avril", a annoncé le secrétaire général du Medef, Hubert de L'Estoile.¢

Laurence Parisot, 53 ans, avait soutenu Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2012, une proximité qu'elle a tenté de faire oublier en défendant les négociations avec les syndicats sur la réforme du marché du travail voulues par son successeur socialiste François Hollande.
Elle achèvera le 1er juillet un règne de huit ans et a pris acte de sa défaite, tout de noir vêtue et d'une voix émue, lors d'une brève déclaration à la presse.
"Je serai la garante de la bonne tenue de la campagne électorale qui s'ouvre désormais", a-t-elle dit. "Nous devons clairement refuser le mensonge, la ruse, le discrédit."
Elle a promis de faire en sorte que les valeurs de dialogue, de réforme et de transformation sociale "par le compromis" soient "portées et défendues". "J'espère que celui ou celle qui sera mon successeur les incarnera également", a-t-elle déclaré.
Quatre hommes sont à ce jour candidats à sa succession et s'étaient opposés à une modification de statuts l'autorisant à briguer un troisième mandat, projet dans lequel ils dénonçaient notamment un changement de règles pour convenances personnelles.¢
Avec Reuters