jeudi 14 mars 2013

Fillon passe sous les fourches caudines de l’immigrationnisme

« 
Oui la France est un pays d’immigration. Des étrangers qui ont été assimilés sont devenus plus Français que ceux qui les accueillaient. » Par ce simple tweet, François Fillon montre encore, s’il en était besoin, qu’il navigue lui aussi en plein « politiquement correct ».
La grande mode aujourd’hui est de présenter la France comme étant avant tout une terre d’asile et d’immigration. Bien évidemment, il ne s’agit pas de nier l’existence de personnes d’origine étrangère en France. Mais il ne s’agit pas non plus d’en remettre une couche dans l’autre sens. Dans leur histoire, tous les pays européens –pour ne parler que d’eux- ont connu de tous temps ces cas d’interpénétration migratoire de manière marginale. Et encore s’agissait-il de populations « sœurs » ou « cousines » (au choix) puisque presque exclusivement européennes. En France, en particulier, le phénomène a légèrement augmenté au XXème siècle mais sans pour autant constituer un phénomène d’une importance remettant en cause les racines profondes de la population elle-même (voir l’article « Identité nationale : nos racines »). Il n’y a que depuis les années 70 que les gouvernements successifs ont ouvert les vannes de l’immigration extra-européenne… et tout le monde sait avec quel « succès » !...
E Quant à dire que des étrangers assimilés seraient devenus plus Français que d’autres Français… Fillon voudrait tenir des propos discriminatoires qu’il ne s’y prendrait pas autrement.¢