vendredi 22 mars 2013

À quand l’Armée Française au garde à vous sur un terrain de tennis?


Une analyse de Richard Roudier du Réseau-Identités sur la crise de l’Armée
D
ans une période où les questions de Défense font l'actualité (guerre au Mali, nouveau Livre blanc, future loi de programmation militaire, affaire Louvois...), la saute d’humeur d'une dizaine de jeunes officiers, se faisant appeler le « Mouvement Marc Bloch » (1) est un véritable pavé jeté dans la mare. (Voir l’article du Gaulois en date du 08/03/2013 : « Armée: des Officiers dénoncent le désarmement et le déclin de la France »)
Ce groupe composé de lieutenants et de capitaines venant des différents corps de l'Armée Française et ayant en moyenne, trois ans de service, lance un signal d'alarme que nos politiques ne doivent en aucun cas ignorer car il reflète admirablement bien l'état d'esprit qui règne au sein des militaires actuellement. Cet acte de désobéissance collective (les militaires sont soumis au sacro-saint « devoir de réserve ») unique depuis 1961, se base sur un constat qui est, hélas, bien réel, à savoir la destruction d'un formidable outil militaire au profit de sombres intérêts.¢

Pourtant les questions que soulèvent le Mouvement Marc Bloch ne sont pas nouvelles et certaines ont été l'objet d'importants débats au sein de la communauté des acteurs de la Défense au sens large. Dès 2009, l'ADEFDROMIL (Association de défense des droits des militaires) réclamait la suppression de la fameuse « deuxième section » et la réduction du nombre d'officiers recrutés par la voie directe.

Une politique qui
conduit à la destruction du Corps de bataille
de l’Armée Française
La crise économique qui ravage notre pays depuis des années, pousse l’État à réduire ses dépenses publiques en limitant globalement les attributions budgétaires des différents ministères. Faisant intégralement partie du service public, l'armée n’échappe pas à cette logique d'austérité mais force est de constater que dans le cas de la “Défense”, cette politique a des conséquences désastreuses qui risquent à court terme de faire ce qu'aucune armée adverse n’a réussi à faire depuis Dien Bien Phu, à savoir détruire le corps de bataille de l'Armée Française. Déjà une grande partie du parc de chars Leclerc est entreposée dans des hangars faute de moyens pour les faire fonctionner. Si la guerre en Afghanistan a permis une certaine modernisation de l'équipement individuel, cette démarche est loin d'être généralisée. D'ailleurs, celle-ci s'est faite au coup par coup, par des achats “sur étagère” (2) imposée par l'urgence opérationnelle et non par de véritables programmes d'armement établis sur le long terme d'où une certaine “hétéroclité” de l'équipement et de l'armement en fonction des unités et des déploiements. Et même ces achats « urgence opération » sont soumis aux impératifs budgétaires comme on a pu le voir en 2011 avec le déploiement en Afghanistan de missiles “Javelin” de fabrication américaine et dont la formation des servants en France, s'est résumée en grande partie à de l’entrainement sur simulateur, seul les meilleurs éléments étant autorisés à effectuer un tir réel faute de budget.

Mettre un terme à cette « armée mexicaine »
qui engendre de lourds
dysfonctionnements
administratifs
Ce genre de «dysfonctionnement » peut paraitre parfois anecdotique, mais il s'agit malheureusement d'une réalité qui est généralisée au sein de l'armée. Si la « rusticité » est une des grandes qualités de nos militaires habitués depuis longtemps à faire beaucoup de choses avec peu de moyens, les réductions budgétaires qui touchent essentiellement les capacités opérationnelles de la troupe sont désormais à la limite du supportable. Pourtant, il y a des réformes qui sont plus que nécessaires au sein de la Défense et qui permettraient à terme de dégager des moyens financiers importants. C'est le cas notamment dans l'administration qui est encore trop fragmentée et qui doit d'urgence être mutualisée et devenir inter-armée dans les services où cela est possible comme les ressources humaines. Il est temps également, de « dégraisser le mammouth » et de mettre un terme à cette armée mexicaine qui a pris possession des services administratifs au sein du ministère de la défense. Il y a en France, selon des chiffres arrêtés au 31 décembre 2012, 498 officiers généraux en activité dont 173 pour l’armée de terre, 74 pour l’armée de l’air et 52 pour la marine... et 5 500 en section II, c’est-à-dire en pré-retraite, sans affectation…

Un colonel doit commander un régiment d'un millier de soldats, pas un bureau d'une dizaine de fonctionnaires. De plus, pourquoi mettre un militaire à un poste administratif « non-stratégique » alors qu'un civil pourrait faire le même travail pour un cout plus faible. Si encore l'administration faisait preuve d'une véritable efficacité pour soutenir l'effort de nos troupes, on pourrait faire preuve d'une certaine indulgence mais c'est loin d'être le cas et le ministère de la défense est, aujourd'hui, une véritable usine à gaz. L'affaire Louvois résume à elle seule cette situation. Voilà deux ans que le nouveau logiciel informatique inter-armées de paiement connait de graves dysfonctionnements rendant très aléatoire le versement des soldes. Deux ans que cela dure et toujours pas de solution! Pourtant les bugs avaient été diagnostiqués avant la mise en place de ce logiciel mais les différents services concernés se sont renvoyé la balle, refusant d'en prendre la responsabilité et d'engager le personnel nécessaire (5 informaticiens) pour résoudre le problème alors qu'il en était encore temps.

E Voilà où en est, aujourd'hui avec l'Armée Française : une administration défaillante, une organisation des ressources humaines inégales et des réductions budgétaires qui nuisent directement aux capacités opérationnelles.

Et pourtant les militaires démontrent chaque jour leur professionnalisme exemplaire que ce soit en Afghanistan, au Mali ou encore en Libye en 2011. Face à ce constat alarmant, l'opposition se développe de plus en plus. Elle fut d'abord le fruit d'initiatives individuelles puis collectives mais externes à l'armée comme la révolte des "Gauloises", une association de femmes de militaires, dont les maris, militaires du rang ne sont plus payés… Certains mettent en cause les dysfonctionnements du système informatisé Louvois, qui gère -enfin qui devrait gérer- les paies, mais d’autres accusent les coupes budgétaires dans la “Défense” qui devraient se situer à moins 1 milliard en 2014 et 2 milliards en 2015 avec pour objectif de faire descendre, à terme, le budget à moins de 1% du P.I.B.

E Décidément, depuis Léon Blum en 1936, les socialistes font le lit des prochaines défaites de la France. Les militaires avaient coutume de dire que l’Armée Française combattante pouvait tenir au garde à vous sur la pelouse du stade de France, désormais, il faudra leur proposer un terrain de tennis.

Désormais, avec le mouvement Marc Bloch, la contestation se fait à l'intérieur même de nos forces armées. Aussi, est-il grand temps que nos dirigeants politiques prennent conscience de la portée de leurs actes.

E Il est encore possible de faire marche arrière mais il ne faut pas attendre car, malheureusement dans ce domaine qu'est la Défense, les erreurs se paient en vie humaine.¢

Richard Roudier
et la Commission Armée-Défense du Réseau- Identités
(Antoine C., Marceau A., Marc A.)

Notes
(1) du nom d’un officier mort en 1944 qui imputait la défaite de 1940 aux plus hauts niveaux de commandements
(2) achats non programmés réalisés dans l’urgence