mercredi 6 février 2013

Une enquête préliminaire vise le groupe Hersant

L
e parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur le Groupe Hersant Média (GHM), qui vient de céder La Provence et Nice-Matin à l'homme d'affaires Bernard Tapie. La justice a été saisie dès le mois de décembre par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, lui-même alerté par le comité interministériel de restructuration (CIRI).
Les policiers de la brigade financière sont saisis de présomptions d'abus de biens sociaux au préjudice de sociétés du groupe GHM, dit-on de source judiciaire. L'enquête porte sur des flux financiers suspects entre GHM, avant la reprise des journaux du Sud par Bernard Tapie, et le Golf Robert Hersant de Nantilly (Eure-et-Loir), ajoute-t-on.

Dans un communiqué, le groupe Hersant indique que la cession de ce golf "s'est inscrite dans le processus global de cession d'actifs mené par GHM, sous l'égide du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), dans le cadre de la renégociation de sa dette avec ses banques créancières."

"Envisagée dès 2010, cette cession est effective depuis janvier 2012. Comme l'ensemble des autres cessions réalisées par GHM ces derniers mois, l'opération a fait l'objet des évaluations et expertises préalables nécessaires", ajoute-t-il.

Pour GHM, "elle a reçu l'accord du mandataire ad hoc puis de l'ensemble des banques créancières, en présence du CIRI."

Le député socialiste de Marseille Patrick Mennucci veut créer une commission d'enquête parlementaire sur les conditions de l'acquisition des journaux du pôle Sud par Bernard Tapie, associé à la famille Hersant.

Une enquête préliminaire n'empêche pas la création d'une commission d'enquête. En revanche, l'ouverture d'une information judiciaire obligerait les députés à cesser leurs travaux.
Bernard Tapie a qualifié la démarche de Patrick Mennucci de "tartufferie".
Avec Reuters