samedi 2 février 2013

Mariage des homosexuels : un projet irresponsable

Communiqué de presse de Jacques Myard, Député de la Nation, Maire de Maisons-Laffitte, président du cercle « Nation et République »
Tout citoyen, hétérosexuel ou homosexuel, a droit au respect et à la protection de sa vie. Mais le mariage de deux personnes de même sexe est une question qui regarde la société dans son ensemble.
Le projet de de loi n'est pas simplement un élargissement du mariage aux homosexuels. Il redéfinit en réalité le mariage, les règles de l'adoption, de la filiation, le droit de la famille pour toute la société. La revendication à l’égalité, mise en avant pour justifier ce projet de loi, est une imposture.

Le mariage n’est pas une discrimination pour les couples homosexuels, à situation différente – l’impossibilité procréatrice pour les couples homosexuels - s’impose un traitement différent, toute notre jurisprudence le confirme. S’il y avait discrimination, rupture d’égalité, le Conseil Constitutionnel l’aurait relevée, et sanctionnée dans sa décision (QPC) du 28 janvier 2011 Il n’y a pas rupture d’égalité. Il n’y a pas violation de l’égalité lorsqu’il y a différence de statut, en l’occurrence altérité.
À travers la redéfinition du mariage, qui supprime la dualité sexuelle, ce texte établit une double imposture : imposture d’une filiation fictive qui sacrifie l’intérêt supérieur de l’enfant, imposture anthropologique qui sape les fondements de notre société vouée à un avenir indifférencié.

LE MARIAGE CONSACRE L’UNION D’UN HOMME ET D’UNE FEMME EN VUE DE LA FONDATION D’UNE FAMILLE

Pour d’éminents juristes, ce principe peut être considéré comme l’un des principes fondamentaux des lois de la République, garanti comme tel par notre Constitution.

Ce n’est pas l’orientation sexuelle - variable du reste - qui fonde le droit du mariage mais la différence de sexe entre l’homme et la femme. La condition d’altérité sexuelle des époux donne son sens au mariage qui offre un cadre juridique protecteur à la filiation. Loin d’être un contrat entre des personnes, le mariage est l’institution qui « articule la conjugalité et la parenté » pour reprendre les mots du philosophe X. Lacroix.

Le projet de loi nie l’altérité et dénature le mariage dont l’unité est brisée. Coexistent un mariage « hétérosexuel » qui continue de garantir à l’enfant une double filiation par le biais de la présomption de paternité et un mariage « homosexuel » où la filiation est artificielle, sans correspondance aucune avec la réalité biologique. Ces enfants rechercheront toute leur vie leurs origines véritables, ils en seront affaiblis à jamais.
Avec la suppression de la différence sexuelle, on repousse les limites du mariage qui pourrait prendre plusieurs formes comme nous le montrent plusieurs exemples à l’étranger. On brouille les repères de la parenté : la filiation éducative, sociale supplante la filiation biologique.

LE DROIT AU MARIAGE IMPLIQUANT LE DROIT À L’ADOPTION, LE PROJET DE LOI CONDUIT À IGNORER LE BESOIN SUPÉRIEUR DE L’ENFANT À AVOIR À LA FOIS UN PÈRE ET UNE MÈRE

Ce que les accidents de la vie peuvent malheureusement créer, l’absence du père et de la mère, le droit veut l’institutionnaliser ! Au nom de la revendication à l’égalité d’adultes, le projet de loi créé une inégalité entre les enfants : ceux qui auront droit à un père et une mère et ceux qui en seront privés et qui dès lors rechercheront, leur vie durant, leur généalogie biologique.
L’enfant, pour son équilibre psychique, a besoin des deux figures pour se construire, s’inscrire dans la succession des générations. La complémentarité des rôles masculin et féminin est essentielle, les rôles du père et de la mère ne sont pas interchangeables. Cette réalité, la plupart des praticiens, psychologues et psychiatres spécialisés dans l’étude de l’enfance le soulignent.
Il existe une souffrance intime de l’enfant adopté dans un cadre traditionnel. Dans le cas de l’adoption plénière par les couples de même sexe, la souffrance de l’enfant est renforcée car on lui impose une filiation fictive qui n’est pas « vraisemblable », on falsifie son origine en prétendant qu’il naît de deux pères ou de deux mères, on lui ment. C’est proprement criminel. Avec ce texte, on joue aux apprentis-sorciers !

ON GLISSE AINSI DU DROIT DE L’ENFANT À UN DROIT À L’ENFANT

Les promoteurs de ce projet de loi oublient que la démarche d’adoption n’est pas faite pour donner un enfant à un couple, mais donner une famille à un enfant.
Dans la logique des procréations de convenance et du « droit à l’enfant », le projet de loi ouvre la porte à l’accès à la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux couples de femmes et, au nom du refus des discriminations, à la Gestation Pour Autrui (GPA) avec le recours aux mères porteuses pour les couples d’hommes. Ce choix soulève des questions éthiques majeures. A ce titre, la toute récente circulaire de la Garde des Sceaux est une légalisation de fait de la GPA, de la marchandisation du corps féminin, c’est un recul inacceptable !
Ce projet de loi illustre une dérive communautaire. Le Gouvernement, en voulant contenter la revendication d’un groupe ultra-minoritaire, impose à tous un changement de nature du mariage pour faire primer le désir d’adultes d’être époux ou parents. 

Ignorer l’altérité sexuelle, fondement de la filiation et constitutive de l’humanité, est une rupture anthropologique et sociale majeure.

Avec la désexualisation de notre code civil, de nos législations, le projet de loi met en place en catimini la théorie du genre qui ne se fonde plus sur la différence des sexes mais sur celle des sexualités.
Cette vision de la société se retourne contre l’égalité qui ne peut exister sans reconnaissance des différences.
Cette vision est celle d’une humanité indifférenciée qui sacrifie l’intérêt de l’enfant, mine la famille et ouvre la voie, si l’on n’y prend garde, à la dictature de la Science et ses techniques.
Il interpelle la conscience de chacun.
S’il est du devoir du législateur d’anticiper des évolutions prévisibles, il se doit aussi de poser les limites, de fixer les valeurs qui sont protectrices de la société dans laquelle nous voulons continuer à vivre, de rappeler notre conception de l’Homme.
Un tel bouleversement ne peut se faire au détour d’une loi ordinaire tant ses implications sont importantes, il justifie le recours au référendum, nos compatriotes doivent se prononcer.