vendredi 1 février 2013

Les socialistes subventionnent le lobby gay

Alors que l’opposition est ignorée, le peuple méprisé, la liberté d’expression bafouée, les chiffres travestis, et que les médias publics font la propagande du PS, l’État subventionne ses fidèles, en particulier une masse d’associations du lobby homosexualiste.
Il est très difficile de connaître le montant total des subventions de l’État, et des collectivités publiques. Néanmoins, il est certain que le mouvement des opposants à la dénaturation du mariage n’en a pas reçu un centime.

DEUX ASSOCIATIONS PRINCIPALEMENT CONCERNÉES…

Grace au travail de Contribuables associés, nous avons quelques données sur les subventions à ces associations.

Ø  Le centre LGBT (lesbien gay bi et trans), qui organise la « Gay Pride » parisienne, disposait pour 2011 d’un budget de 200.000€. La moitié provenait de la Ville de Paris, qui payait aussi son local. Le reste, de l’Agence régionale de santé d’Ile‑de‑France et de la région Ile‑de‑France.
Ø  Act Up, micro association d’une centaine d’adhérents, censée lutter contre le sida, est surtout connue pour sa lutte contre la liberté d’expression (des autres) et son violent activisme antichrétien. Act Up a reçu, en 2010, 320.000€ de subventions, 2/3 de l’Etat et 1/3 des municipalités, notamment la ville de Paris. En 2011, Paris lui a accordé 85.000€. A comparer aux 75.000€ de dons et cotisations.

Ces deux associations sont aussi financées par le Sidaction (de Pierre Bergé) et divers laboratoires pharmaceutiques.

MAIS D’AUTRES ENCORE…

Bertrand Delanoë subventionne également le Paris foot gay, l’association lesbienne et féministe Cineffable et son festival réservé aux femmes, ainsi que le magazine Pro‑Choix, tenu par Caroline Fourest.

Constatons enfin que même le théâtre du Rond-Point, du regrettable Jean‑Michel Ribes, qui a accueilli dimanche dernier toute la gauche caviar pour la soirée de soutien à la dénaturation du mariage, est subventionné à hauteur de 45% de son budget !

Les familles financent donc ceux qui s’acharnent à les détruire. La paranoïa de quelques extrémistes, érigée en méthode de communication, trouve dans la poche des citoyens de quoi s’alimenter. Il est grand temps de fermer le robinet !
Avec Radio Courtoisie